une statue jugée «phallique» révolte des étudiants britanniques


La sculpture d’Antony Gormley, offerte à l’Imperial College de Londres, crée la zizanie dans l’établissement.

Des étudiants de l’Imperial college protestent contre l’installation d’une statue du sculpteur Anthony Gromley sur le campus, reprochant à l’œuvre de six mètres de haut son caractère «phallique». Composée d’un assemblage de rectangles en acier, l’œuvre, intitulée Alert, représente une forme humaine accroupie et évoque la communauté scientifique. Elle doit être installée cet été, selon le site internet de l’Imperial College.

Mais plutôt que des jambes repliées, «nombreux sont ceux» qui voient à la place un «phallus» de trois mètres de long, estime une motion du syndicat des étudiants du prestigieux établissement scientifique. Ils estiment que les étudiants auraient dû être consultés, et soulignent que le nom Alert peut «aussi être compris comme se référant au phallus de la statue en érection».

«Il n’y a rien de mal à l’imagerie phallique dans l’art», admet la motion, considérant néanmoins que «l’interprétation phallique» pourrait être considérée comme «inappropriée pour une exposition au grand public». Le texte souligne le risque d’exclusion inhérente liée à l’interprétation phallique de l’œuvre, alors que seulement 41,8% des étudiants à plein temps de l’établissement étaient des femmes lors de l’année 2020-2021.

Selon le Guardian, un porte-parole de l’Imperial College a fait valoir qu’«Antony Gromley est l’un des plus grands artistes en vie au monde et nous sommes reconnaissants de nous voir offrir l’une de ses sculptures emblématiques». L’œuvre a été offerte à l’établissement par l’un des anciens étudiants de l’Imperial College.


À VOIR AUSSI – En Angleterre, une nouvelle statue de Margaret Thatcher ciblée par un jet d’œufs



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*