L’Iran approuve un traité sur le transfert de condamnés avec la Belgique


Les députés iraniens ont approuvé mercredi 2 août un traité sur le transfèrement mutuel de condamnés entre l’Iran et la Belgique, où la ratification du texte en juillet avait déclenché une vive controverse.

Le traité a été dénoncé en Belgique, notamment par des opposants iraniens en exil, comme une porte ouverte à la remise à Téhéran d’un diplomate iranien, Assadollah Assadi, condamné en 2021 en Belgique pour terrorisme.

Condamné en 2021 à 20 ans de prison

Les députés belges avaient ratifié le 20 juillet à une large majorité le traité belgo-iranien apportant un cadre légal à un échange de condamnés entre les deux pays. Le gouvernement belge défend le projet comme le seul moyen d’obtenir la libération d’un travailleur humanitaire belge, Olivier Vandecasteele, arrêté à Téhéran le 24 février.

«Les représentants du peuple ont approuvé le projet de traité sur le transfèrement (mutuel) des condamnés entre la République islamique d’Iran et le Royaume de Belgique», a annoncé Icana, le site du parlement iranien. La cour d’appel de Bruxelles, saisie par des opposants iraniens en exil, a suspendu le 22 juillet toute possibilité pour le pouvoir exécutif belge de remettre à l’Iran Assadollah Assadi.

Âgé de 50 ans, ce dernier a été condamné en février 2021 à 20 ans de prison par un tribunal belge. Il a été reconnu coupable d’avoir fomenté un projet d’attentat à l’explosif qui devait viser en juin 2018 un rassemblement annuel d’opposants iraniens près de Paris. Les parlementaires iraniens ont approuvé le traité avec «195 voix pour, 2 voix contre et 7 abstentions (sur un total de 290 députés), lors d’une séance publique», a rapporté Icana.


À VOIR AUSSI – Prisonniers américains: Washington a fait une «offre conséquente» à Moscou, annonce Antony Blinken



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*