La cheffe des députés américains Nancy Pelosi a atterri à Taïwan malgré les avertissements de la Chine


La Chine a annoncé mener des «actions militaires ciblées» en réponse à la visite de la cheffe des députés américains à Taïwan.

La cheffe des députés américains, Nancy Pelosi, a atterri mardi à Taïwan, malgré les avertissements de la Chine qui considère cette visite comme une grave provocation risquant d’enflammer des relations sino-américaines déjà tendues. Après l’arrivée de la démocrate, la Chine a annoncé mener des «actions militaires ciblées».

À VOIR AUSSI – La Russie accuse les États-Unis de «déstabiliser le monde» avec la potentielle visite de Pelosi à Taïwan

Des images diffusées en direct de la télévision ont montré la présidente de la Chambre des représentants, âgée de 82 ans, accueillie à son arrivée par Joseph Wu, le ministre taïwanais des Affaires étrangères. Elle est arrivée à l’aéroport de Songshan à bord d’un avion militaire américain. «La visite de notre délégation parlementaire à Taïwan démontre le soutien inconditionnel de l’Amérique à la dynamique démocratie de Taïwan», a-t-elle déclaré dans un communiqué publié peu après son atterrissage sur l’île. Nancy Pelosi a également assuré que cette visite ne contrevenait d’«aucune façon» à la politique de longue date des États-Unis vis-à-vis de la Chine.

La Chine a dans la foulée dénoncé l’attitude «extrêmement dangereuse» des États-Unis qui «tentent d’utiliser Taïwan pour contenir la Chine», a estimé le ministère chinois des Affaires étrangères dans un communiqué. Washington «ne cesse de déformer, d’obscurcir et de vider de tout sens le principe d’une seule Chine, d’intensifier ses échanges officiels avec Taïwan et d’encourager les activités séparatistes “indépendantistes” de Taïwan. Ces actions, comme jouer avec le feu, sont extrêmement dangereuses». Quelques minutes avant, la télévision étatique chinoise CGTN annonçait que des «avions de chasse chinois Su-35» étaient en train de «traverser le détroit de Taïwan», qui sépare la Chine continentale de l’île revendiquée par Pékin.


À VOIR AUSSI – Les États-Unis «paieront le prix» en cas de visite de Pelosi à Taïwan, menace Pékin



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*