Un incendie détruit la Florence de la Renaissance des studios romains de Cinecittà


Les flammes, maîtrisées dans l’après-midi, n’ont fait ni victimes ni blessés et n’auraient occasionné, selon les autorités italiennes, que des dégâts mineurs.

La Renaissance italienne a failli partir en fumée, lundi. Du moins un petit pan du quattrocento reproduit dans la périphérie de Rome. Un incendie s’est déclaré le 1er août dans les mythiques studios de Cinecittà, faisant craindre le pire en cette période de sécheresse historique. Malgré des images impressionnantes montrant un panache de fumée noire s’élevant de la monumentale scénographie florentine, les studios et les pompiers ont déclaré en fin de d’après-midi que l’accident n’avait causé qu’un bilan matériel léger.

«L’incendie a été éteint. Il n’y a ni blessés, ni intoxiqués, ni dégâts matériels graves», a annoncé un porte-parole des studios, Marlon Pellegrini, dans un communiqué. Le feu, qui dégageait d’épaisses fumées noires visibles à plusieurs kilomètres, a commencé dans l’après-midi sur un plateau en papier mâché reconstituant la Florence de la Renaissance. Entièrement détruit, le plateau était en cours de démontage, ont expliqué les pompiers sur Twitter.

Un futur pôle européen

Il ne s’agit pas du premier accident ayant fait partir en fumée une petite portion des studios. En 2007, un spectaculaire incendie avait ravagé un entrepôt abritant des décors de la superproduction télévisée anglo-américaine Rome relatant la naissance de l’empire romain. De nombreux chefs-d’œuvre classiques ont été tournés dans la «ville du cinéma» comme Ben Hur (1959) de William Wyler et la Dolce Vita (1960) de Federico Fellini.

Dans les années 1970, le boom des productions télévisées et la crise des productions cinématographiques avaient mis un terme à l’âge d’or de Cinecittà, qui connaîtra ensuite une longue traversée du désert. Privatisés, puis repassés sous contrôle public en 2017, les studios ont de nouveau accueilli des productions étrangères dès le début des années 2000, sans cependant jamais retrouver leur lustre originel.

La direction de Cinecittà, a ainsi dévoilé l’an dernier un plan de développement de 260 millions d’euros avec l’ambition de devenir d’ici à 2026 «un important pôle cinématographique européen», en pariant sur les séries et les programmes TV. Ce plan prévoit notamment le doublement de la surface des studios, la création et la rénovation de plateaux, la construction d’une piscine intérieure et d’un théâtre avec un écran vert à 360°.



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*