Les ventes de voitures électriques majoritaires en Europe d’ici cinq ans, selon une étude


Au niveau mondial, il faudra attendre 2035 pour que les véhicules électriques dominent le marché.

Les véhicules électriques se tailleront bientôt la part du lion en Europe. En termes de ventes, ils seront majoritaires sur le Vieux Continent d’ici 2028 (55%), selon une étude du cabinet AlixPartners publiée jeudi.

Au niveau mondial, il faudra en revanche attendre 2035 pour que les voitures électriques dominent le marché. Elles représenteront alors 54% des ventes, contre 8% aujourd’hui. À cette date, 85% des ventes en Europe seront électriques, 62% en Amérique du Nord et 64% en Chine.

Cette croissance du marché est portée par des investissements majeurs. «Ils ont doublé au cours des deux dernières années, pour atteindre 526 milliards de dollars en 2026», note le cabinet de conseil international. «Soit la moitié des investissements de l’industrie», a souligné Laurent Petizon, directeur général France d’AlixPartners, vendredi sur BFM Business.

Flambée des matières premières

À court terme, les constructeurs de véhicules électriques souffrent du contexte d’inflation des matières premières. Le coût en matières premières de ces voitures en Europe a plus que doublé en un an, passant de près de 3000 dollars en avril 2021 à environ 6500 dollars par véhicule en mai 2022, selon AlixPartners.

«On atteint un pic ou un plateau, donc ça va probablement redescendre, et c’est lié en partie au lithium, au nickel, au cobalt, qui sont des matières premières qui ne sont pas présentes dans les véhicules classiques. On est sur environ deux fois plus de matières premières qu’un véhicule classique», a expliqué Laurent Petizon sur BFM Business.

Au total, le cabinet estime que la transition du moteur thermique au véhicule électrique coûtera 70 milliards de dollars à l’industrie d’ici 2030. «Mais la gestion active de la transition pourrait permettre à l’industrie d’économiser 40 à 60 % de cette somme, juge Laurent Petizon. L’industrie doit donc faire face à l’augmentation des matières premières, à la gestion de la transition électrique, et aux crises à venir, la contraignant à s’adapter continuellement.»



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*