Soupçons de favoritisme au Puy : une enquête dans l’enquête


Des enregistrements relatifs à l’attribution d’un marché public au Puy-en-Velay, au cœur d’une enquête du parquet national financier, font aussi l’objet d’une enquête pour «atteinte à l’intimité de la vie privée», a-t-on appris jeudi 22 juin de source judiciaire.

Cette enquête a été ouverte par le parquet du Puy après une plainte de deux employés municipaux, dont des conversations ont été enregistrées à leur insu, ainsi que du maire, Michel Chapuis (UDI), et du président de la communauté d’agglomération, Michel Joubert. «Elle doit déterminer les conditions des enregistrements, afin de savoir s’ils ont été réalisés par un dispositif régulier, et vérifier s’il s’agit de propos caractéristiques d’une atteinte à la vie privée», a déclaré à l’AFP le procureur de la République au Puy-en-Velay, Nicolas Rigot-Muller.

À VOIR AUSSI – Législatives: vers une crise institutionnelle?

Favoritisme, corruption et trafic d’influence

Michel Chapuis, un proche de Laurent Wauquiez (LR), auquel il avait succédé à la mairie du Puy-en-Velay en 2016 quand celui-ci est devenu président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, avait dénoncé en avril «des méthodes de barbouze». L’édile a été placé en garde à vue mercredi à la gendarmerie du Puy pour y être entendu sur le fond de l’affaire dans le cadre de l’enquête préliminaire du PNF, ouverte pour favoritisme, corruption et trafic d’influence. Il a été remis en liberté en fin de journée. D’autres auditions, de fonctionnaires territoriaux et d’élus locaux, ont lieu depuis lundi.

L’affaire concerne des soupçons de favoritisme dans l’attribution de la gestion de la future halle du marché couvert du centre-ville, un marché public valorisé à huit millions d’euros pour dix ans. Un des deux candidats, Alexis Haon, ex-opposant local de Laurent Wauquiez, a porté plainte, estimant avoir été «délibérément désavantagé pendant la procédure». Le site d’information Médiacités a publié des extraits d’enregistrements de conversations, dont celui d’une employée de la mairie qui désignait Alexis Haon comme «le gars (…) qui doit pas être retenu parce que Wauquiez en veut pas».

Selon Le Canard enchaîné, 58 enregistrements «clandestins» réalisés dans un bureau de la collectivité, de septembre à décembre 2021, ont été versés au dossier du PNF.


À VOIR AUSSI – «C’est absolument dramatique»: des électeurs s’inquiètent de l’issue du premier tour des élections législatives



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*