s’il ne ferme pas définitivement la porte au PSG, Zidane «assume» son «envie profonde» de prendre les Bleus


Si le sujet «n’est absolument pas d’actualité», l’ex-meneur de jeu de l’équipe de France ne ferme pas totalement la porte au PSG pour l’avenir. Une porte plus qu’entrouverte en ce qui concerne les Bleus…

Zinédine Zidane, prochain entraîneur du PSG ? C’est non. Pas tout de suite en tout cas… Nasser Al-Khelaïfi a mis un terme au vrai-faux suspense en annonçant, mercredi au Parisien , que le club champion de France «a choisi une autre option» et promettant ne «jamais avoir parlé» au natif de Marseille. Pas à ce natif de Marseille-là en tout cas, puisque le successeur de Mauricio Pochettino se nommera, sauf tremblement de terre, Christophe Galtier, lui aussi enfant de la Cité phocéenne. Reste à savoir si «ZZ» répondra favorablement aux sirènes parisiennes, lui qui a déjà été sollicité par le club de la capitale par le passé. «Il ne faut jamais dire jamais. Surtout lorsque vous êtes entraîneur aujourd’hui», promet-il au quotidien L’Équipe .

L’ancien coach du Real Madrid, libre depuis 2021 et qui réaffirme par ailleurs son désir de retrouver un banc, estime toutefois que «la question est sans objet» et que «ce n’est absolument pas d’actualité.» On n’en saura pas plus sur les discussions qui ont probablement eu lieu dans les dernières semaines, même si son agent historique, Alain Migliaccio a récemment écarté toute approche parisienne.

En attendant, Zidane reconnaît qu’il «n’y a pas cinquante clubs» au sein desquels il peut officier. «Il y a deux ou trois possibilités. C’est la réalité actuelle. Coach, on a beaucoup moins le choix que joueur. Si je repars dans un club, c’est pour gagner. Je le dis en toute modestie. C’est pour cela que je ne peux pas aller n’importe où. Pour d’autres raisons, aussi, je ne pourrais peut-être pas aller partout», glisse-t-il, soulignant que la barrière de langue pourrait être un facteur. «Pour gagner, plein d’éléments entrent en jeu. C’est un contexte global. Moi, je sais ce dont j’ai besoin pour gagner», martèle le cinquantenaire, affirmant vouloir «tout mettre de (son) côté pour optimiser la victoire». Pour ce qui concerne le PSG, ce sera à Galtier d’optimiser.

J’ai envie de prendre un jour l’équipe de France, je l’assume

Zinédine Zidane

Quid de Zidane à la tête des Bleus ? «J’en ai envie, bien sûr. Je le serai, je l’espère, un jour. Quand ? Ça ne dépend pas de moi. Mais j’ai envie de boucler la boucle avec l’équipe de France», ambitionne-t-il, n’écartant pas l’idée de prendre le relais de Didier Deschamps cet hiver, si la mission de ce dernier devait s’achever après le Mondial.

«Quand je dis que j’ai envie de prendre un jour l’équipe de France, je l’assume. Aujourd’hui, une équipe est en place. Avec ses objectifs. Mais si l’opportunité se présente ensuite, alors je serai là. Encore une fois, cela ne dépend pas de moi. Mon envie profonde est là. L’équipe de France est la plus belle chose qui soit», glisse «Zizou», sans se cacher. Avant de (re)planer sur Paris et le Parc des Princes, l’ombre de Zinédine Zidane planera donc avec insistance autour de la FFF…



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*