la DGSI confirme que l’explosion d’un deuxième véhicule en Arabie Saoudite était bien d’origine criminelle


L’enquête de la DGSI confirme que l’explosion du camion d’assistance de la pilote italienne Camelia Liparoti a bien été due à un engin explosif.

Article rédigé par


Publié

Temps de lecture : 1 min.

La deuxième explosion sur le Dakar 2022, qui a touché le camion d’assistance de la pilote Camelia Liparoti, est bien d’origine criminelle, selon une information de RMC confirmée par franceinfo mercredi 22 juin par une source proche du dossier. Le Dakar 2022 s’est déroulé en Arabie Saoudite en tout début d’année.

Selon la DGSI qui mène l’enquête, le camion d’assistance de la pilote italienne a été visé le 31 décembre à la veille du départ par un engin explosif. Des expertises menées récemment en France sur la carcasse calcinée du véhicule montrent que « des billes en métal ont traversé l’habitacle » du camion, selon cette même source. Le camion d’assistance de Camélia Liparoti a explosé à la sortie de Djeddah, sans faire de victime.

Il y a donc bien eu deux attaques similaires juste avant le départ de la course, selon les enquêteurs français de la DGSI. Le Paris-Dakar a été visé, mais les motivations derrière ces attentats restent incertaines. Il n’y a pas eu de revendication, selon les informations de franceinfo.

Le 30 décembre, une première explosion avait touché le camion d’assistance de Philippe Boutron, le pilote de Sodicars grièvement blessé. l’Arabie Saoudite avait évoqué un accident, mais les traces d’explosifs ont bien signé un attentat. Il s’agissait d’un engin « improvisé », selon la DGSI.

Le Parquet national antiterroriste reste saisi de la première explosion contre l’équipage français, mais avec ces révélations la justice italienne pourrait aussi chercher à ouvrir une enquête antiterroriste.





Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*