Des vacances d’été sous le signe de l’inflation et des restrictions budgétaires pour les Français


Ceux qui ont l’intention de partir comptent dépenser en moyenne 1641 euros pour ces vacances. Un montant en baisse de 8% par rapport à 2019.

L’inflation s’invite dans les projets de vacances d’été des Français. Le contexte de hausse généralisée des prix les pousse à couper dans leur budget. Selon une étude CSA Research pour Cofidis, publiée mardi, il sera en baisse de 8% cet été par rapport à 2019, soit avant la crise du Covid-19. En moyenne, ceux qui ont l’intention de partir comptent dépenser 1641 euros pour ces vacances, contre 1765 euros en 2019.

Les écarts sont importants en fonction des générations : de 1141 euros pour les 18-24 ans à 1930 euros pour les 65 ans et plus. Idem en fonction des catégories socioprofessionnelles : 1204 euros pour les CSP- contre plus de 2000 euros pour les CSP+.

Mais la plupart des Français ne partiront pas l’esprit léger. Ils sont 64% à avoir le sentiment qu’ils vont devoir se restreindre sur leur budget vacances. Une proportion qui monte à 77% chez les 18-24 ans. La cause principalement avancée est bien sûr l’inflation, par 52% des sondés, loin devant les imprévus financiers des derniers mois (15%) et les autres projets de dépenses importantes pour les mois à venir (13%). Les achats plaisirs (59%) et la restauration et l’alimentation (56%) en seront les premières victimes.

8% pourraient annuler leurs vacances

«Sans surprise, dans un contexte économique marqué par une forte inflation, les congés d’été des Français seront cette année placés sous le signe des restrictions, aussi bien sur les achats plaisirs que sur l’alimentation et le choix du logement», commente Mathieu Escarpit, directeur marketing chez Cofidis France.

D’autres études récemment publiées confirment ces observations. Près d’un Français sur deux (46%) rencontre des difficultés financières pour organiser ses vacances cette année ou ne part pas, indique ainsi un sondage OpinionWay pour Stairwage. L’inflation en serait la principale raison (59%).

Un autre sondage, d’OpinionWay pour Bonial, montre que 8% des Français pourraient même annuler leurs loisirs ou leurs vacances en raison du contexte inflationniste. Ils sont 14% à envisager de réduire leur budget vacances (lieu de séjour, logement, activités…). Un budget en baisse par rapport à l’été dernier pour un quart des Français (26%), souligne de son côté une étude Ifop pour Interhome – contre 56% qui prévoient un budget identique.



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*