aucun candidat de la majorité présidentielle ne fera face à Damien Abad, indique Stanislas Guerini


Invité sur France 2, le patron de La République en marche a salué la «clarté» du président des députés LR qui, le jour des résultats du premier tour, avait déclaré voter Emmanuel Macron.

Ils ne devraient être que cinq à sept députés Les Républicains sortants à briguer leur succession sous la bannière de la majorité présidentielle, indiquait Le Figaro la semaine dernière. Quatre le font déjà : Marine Brenier, Robin Réda, Constance Le Grip et Jean-Carles Grenier. Damien Abad, reçu à l’Élysée lors de l’entre-deux-tours, a choisi de se présenter aux élections législatives sous les couleurs de son parti.

Le président des députés LR, suspecté par beaucoup de vouloir rejoindre la majorité présidentielle, se présente dans sa circonscription de l’Ain, là où, a indiqué Stanislas Guerini, aucun candidat de La République en marche ne sera investi. «Je vous confirme que nous n’investirons pas de candidat dans cette circonscription», a indiqué le délégué général de La République en marche. «J’ai noté que Damien Abad, à un moment où son parti politique [n’a pas fait] le choix entre l’extrême droite et Emmanuel Macron, s’est mis en retrait de façon extrêmement claire», a-t-il déclaré sur France 2.

Le patron de LREM a toutefois précisé : «Cela ne veut pas dire qu’il est d’accord avec tout le programme porté par le président de la République. Sinon, il nous aurait rejoints et serait investi par la majorité présidentielle.» Il s’agit, a-t-il conclu, de «saluer» la «posture de responsabilité» de Damien Abad, et sa «clarté».

Lors d’une conférence de presse, samedi dernier, et tandis que le soutien de longue date de Valérie Pécresse, Robin Réda, confirmait dans les colonnes du JDD avoir rejoint la majorité, Christian Jacob déclarait : « Nous, la règle, elle est claire et sans ambiguïté, il n’y a pas de double appartenance aux Républicains. On ne peut pas être LR et dans la majorité présidentielle. À partir du moment où on est majorité présidentielle, on n’est plus Républicain.»



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*