doit-on craindre une sixième vague en France ?



Yasmina Kattou, édité par Solène Leroux

L’Afrique du Sud fait face à une forte hausse des contaminations au Covid-19. Une reprise épidémique, la cinquième, due à des sous variants d’Omicron nommé BA4 et BA5. Selon un épidémiologiste sud-africain, ce qui se passe dans le pays « peut guider le monde entier ». Doit-on craindre une sixième vague en France ?

Les contaminations au Covid-19 repartent à la hausse en Afrique du Sud. Une reprise épidémique due à des sous-variants d’Omicron nommé BA4 et BA5, c’est donc la cinquième vague. Le pays est passé de quelque 1.200 cas par jours à plus de 6.500 en trois semaines. Selon un épidémiologiste sud-africain, ce qui se passe dans le pays « peut guider le monde entier ». En suivant les données de l’Afrique du Sud, doit-on craindre une sixième vague en France ?

Pour l’heure, il n’y a pas de risque que l’épidémie reprennent en France à cause des variants BA4 et BA5, pour plusieurs raisons. D’abord, ces sous-variants d’Omicron sont présents dans le pays depuis fin décembre et n’ont pas pris le dessus sur BA2. Selon les autorités, deux contaminations à BA4 et BA5 ont été recensées.

Pas impossible à l’automne prochain

Deuxième raison, « l’été arrive », explique Mircea Sofonea, épidémiologiste. « Nous allons vers des jours de plus en plus longs et chauds. En étant davantage à l’extérieur et en aérant plus régulièrement, cette situation couplée à la régression actuelle de l’épidémie, fait que de nouveaux variants, quels qu’ils soient, ont plus de mal à s’installer », assure la spécialiste au micro d’Europe 1. Or, l’Afrique du Sud, au contraire, se dirige vers l’hiver et des températures fraiches.

Il faut ajouter à cela qu’en France, plus de 70% de la population a reçu deux doses, contre à peine 30% des Sud-Africains. En revanche, les scientifiques n’écartent pas une reprise épidémique, avec des sous-variants d’Omicron ou avec un nouveau variant, probablement à l’automne prochain.



Notre partenaire : 24h Actu

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*