Darmanin demande d’intensifier les contrôles dès ce week-end


Gérald Darmanin a demandé jeudi 12 mai à la police et à la gendarmerie d’intensifier dès ce week-end les contrôles sur les axes fréquentés par les adeptes de rodéos urbains et de procéder à la saisie systématique des engins utilisés.

Dans un télégramme adressé aux responsables de la police et de la gendarmerie dont l’AFP a pris connaissance, le ministre de l’Intérieur explique «qu’à l’approche des beaux jours, la mobilisation de tous les services doit s’intensifier avec la saisie systématique des véhicules et l’interpellation des auteurs».

«Désordres peu supportables»

Il leur demande «de mettre en œuvre dès ce vendredi des actions déterminées pour faire face à ce phénomène» et leur fixe comme objectif «700 opérations ce week-end» dont ils devront lui rendre compte. Ces opérations devront en outre «faire l’objet d’une communication locale à destination des élus et de la population sur les réseaux sociaux et dans la presse», ajoute Gérald Darmanin.

Et de conclure son télégramme par cette mention manuscrite: «Je compte sur votre implication personnelle pour mettre fin à ces désordres peu supportables». Les policiers et gendarmes sont invités notamment à mettre sur pied des «opérations de contrôles coordonnées» et à «procéder à la saisie systématique des engins utilisés». Selon le ministre, «en 2021, 26.912 interventions et 3206 infractions ont été relevées».

«Sur la seule zone de compétence police nationale, 1242 engins motorisés ont été saisis et 987 personnes placées en garde à vue sur le fondement de la loi du 3 août 2018 (dont 183 véhicules et 376 gardes à vue sur le ressort de la préfecture de police de Paris)». La loi du 3 août 2018 sur les rodéos urbains a créé un délit spécifique puni d’un an de prison et 15.000 euros d’amende. Selon des données de la Chancellerie, les condamnations liées aux rodéos urbains ont augmenté de 1400% depuis 2018 et pour la seule année 2021 il y a eu une hausse de près de 40% des condamnations.


À VOIR AUSSI – Rodéos sauvages: «Nous avons un temps de retard», regrette Christian Prouteau



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*