entre addictifs et calories, comment les choisir ?



Si vous êtes une gourmande ou un gourmand, ce qui va suivre va vous intéresser. Dans franceinfo conso, on va se pencher de près aujourd’hui, sur ce qu’il y a au bout de votre cuillère à dessert, avec l’enquête de Laura Hendrikx, journaliste pour 60 Millions de consommateurs, sur les crèmes dessert, les mousses au chocolat, les flans à la vanille, enfin tous les desserts lactés qu’on trouve en magasin.

franceinfo : Le premier enseignement, c’est que ça vaut le coup de regarder de près les différents produits parce qu’il y a de grands écarts de qualités !

Laura Hendrikx : Oui, tout à fait, on a relevé de grands écarts entre les produits. Alors en apparence, rien ne ressemble plus à une mousse au chocolat qu’une autre mousse en chocolat, mais quand on se penche sur les étiquettes, on constate que toutes les marques ne se valent pas.

On peut séparer tous ces desserts industriels en deux grandes familles, ceux qui respectent les recettes traditionnelles, et ceux qu’on serait incapable de refaire à la maison tant il y a d’additifs, de succédanés, bref, une liste d’ingrédients à rallonge, dont on se passerait bien… 

C’est ça. On a d’un côté les desserts qui se rapprochent des recettes traditionnelles, parce qu’ils contiennent uniquement des ingrédients qu’on pourrait trouver dans nos cuisines : du sucre, de la crème, des œufs, du chocolat… La plupart du temps, ce sont des desserts qui contiennent un faible nombre d’ingrédients. On considère qu’en dessous de cinq ingrédients, on est sur quelque chose de très satisfaisant.

À l’inverse, certains produits de notre test contiennent jusqu’à 17 ingrédients ! Pour nous, c’est problématique, d’autant plus qu’en général, plus il y a d’ingrédients, plus il y a d’additifs qui pourraient être néfastes pour la santé. Donc, ce sont des produits que nous avons pénalisés.

Est-ce que les desserts les plus chers sont ceux de meilleure qualité ?  

Ça dépend. Pour les crèmes à la vanille, c’est vrai que les trois produits qui arrivent en tête sont aussi les plus chers. En revanche, la crème caramel la mieux notée n’est pas la plus chère de sa catégorie. Pareil pour les mousses au chocolat. Donc pour se faire une idée de la qualité du produit, mieux vaut jeter un œil à la liste d’ingrédients, plutôt qu’au prix.

Globalement on trouve bien de la vanille dans les desserts à la vanille, du chocolat dans les desserts au chocolat ? Dans des quantités décentes ?  

Là encore, ça dépend ! Sur les 12 crèmes vanille qu’on a étudiées, seulement trois contiennent de l’extrait naturel de vanille. Pour les autres, ce sont des arômes – naturels ou artificiels, selon les marques – qui donnent ce goût de vanille.

Pour les mousses au chocolat, les fabricants sont obligés d’indiquer la quantité de chocolat dans le produit. Mais c’est difficile de comparer les quantités indiquées, parce que c’est un ingrédient qui peut être présent sous plusieurs formes : poudre de cacao, cacao maigre, chocolat, chocolat noir. Et qui est généralement lui-même composé de plusieurs ingrédients, dont du beurre de cacao, des arômes, des émulsifiants.

Qu’en est-il des taux de sucre ? Est-ce que c’est vraiment un plaisir coupable que de boulotter une mousse au chocolat industriel ? 

Oui, globalement, tous les desserts lactés sont très sucrés, et il faut les consommer de manière occasionnelle. Les mousses au chocolat, en particulier, sont plus caloriques que les crèmes, donc il vaut mieux choisir celles qui proposent des petites portions. En revanche, si l’on s’intéresse uniquement aux sucres, ce sont les crèmes caramel et, dans une moindre mesure, les crèmes vanille, qui sont les plus sucrées.

D’ailleurs, on pourrait se dire que les produits les plus naturels, les moins transformés, sont les plus sains en terme de calories, c’est n’est pas forcément le cas ? 

Non, au contraire. En général, les recettes les plus traditionnelles sont aussi les plus caloriques. Ce n’est pas étonnant, car elles contiennent essentiellement des œufs, de la crème, du sucre, qui sont des ingrédients caloriques. Pas chimiques mais caloriques.

Quand on parle des desserts lactés, il faut maintenant ajouter les desserts à  base de lait végétal. C’est un marché qui augmente ?  

Oui, c’est un marché qui progresse, et on voit que les desserts végétaux prennent de plus en plus de place dans les rayons des grandes surfaces. Ils plaisent surtout aux consommateurs qui souffrent d’inconfort digestif quand ils mangent des produits laitiers, et à ceux qui souhaitent, pour diverses raisons, réduire leur consommation de produits issus d’animaux.

Et ces produits sont plus sains, plus chers aussi ?

Au niveau des additifs, on retrouve dans les desserts végétaux des texturants, comme dans les desserts lactés, mais aussi des acidifiants et des correcteurs d’acidité, pour améliorer le goût. Ce qui n’est pas terrible, car ce sont des ingrédients qui peuvent abîmer les dents lorsqu’ils sont consommés à des doses élevées.  

Côté prix, les desserts végétaux de notre échantillon sont en moyenne légèrement plus cher que les mousses au chocolat, crèmes vanille et crèmes caramel. Par exemple, dans la catégorie des desserts végétaux, le pack de 4 pots le moins cher coûte un euro ; alors que pour les autres desserts, on a, à chaque fois, un pack de 4 pots à moins d’un euro.





Notre partenaire : 24h Actu

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*