un individu vole un véhicule, traîne le propriétaire et fonce délibérément sur la police


Au départ de cette affaire, une arnaque à la vente entre particuliers. «Un grand classique», selon une source policière.

Il pensait avoir trouvé un acquéreur pour son véhicule mis en vente sur un site de petites annonces. Ce n’était en fait qu’une arnaque. Un homme s’est fait traîner sur une dizaine de mètres par sa propre voiture après qu’un individu la lui a volée sur le parking de la gare à Narbonne (Aude) jeudi 13 janvier, a-t-on appris ce vendredi de sources policières.

Les faits se sont produits en pleine journée, un peu avant 17 heures, sous les yeux médusés de plusieurs témoins, dont l’un a filmé la scène. Celui qui se présente comme un acquéreur potentiel du véhicule, une Mercedes classe A, monte naturellement à bord, côté conducteur, pour «l’essayer». Une fois seul aux commandes, il passe brutalement la marche arrière, alors même que la portière est encore ouverte. Le propriétaire tente de le retenir, en vain. Il est alors traîné sur une dizaine de mètres et éjecté au sol.

Après s’être aussitôt relevée, la victime compose le 17 tandis que le voleur prend la fuite. Rapidement, plusieurs effectifs de la Brigade anticriminalité (BAC), de police secours ainsi que les motards de la police s’élancent à la poursuite du fuyard. Après quelques minutes, ils le repèrent sur une route en direction de Perpignan. Les agents le somment de s’arrêter, il refuse. Au contraire, il accélère et s’engage sur un petit chemin où il est finalement contraint de ralentir. Des agents de la BAC qui le précèdent descendent de voiture, pensant l’interpeller. Mais à la vue des policiers, le suspect les charge délibérément et manque de justesse de les renverser. «Il y a à ce moment-là une volonté d’attenter à la vie des policiers. Le véhicule devient une arme», pointe une source policière.

Une affaire «qui aurait pu très mal tourner»

Toujours pris en chasse, le fuyard parvient à s’engager sur une autoroute où il fracture une barrière de péage. Mais après quelques kilomètres, la Mercedes tombe en panne d’essence et la course folle prend fin. Le suspect est appréhendé sur une bande d’arrêt d’urgence et placé en garde à vue. «C’est une affaire rondement menée par les collègues mais qui aurait pu très mal tourner», relève David Leyraud, du syndicat de police Alliance dans l’Aude. Ce dernier tient à féliciter les policiers pour «leur sang-froid incroyable et leur professionnalisme». Il espère désormais que des sanctions pénales «à la hauteur de la gravité des faits» seront prises. «On dénonce cet acte de violence inacceptable pour ce qui n’est, au départ, qu’un vol de voiture et qui n’aurait pas coûté très cher à l’auteur sur le plan pénal. Pourtant il n’a pas hésité à mettre en danger la vie de plusieurs policiers, se moquant complètement des conséquences», s’insurge-t-il.

Ce genre d’arnaque à la petite annonce est «un grand classique, pas plus à Narbonne qu’ailleurs», assure une autre source policière. Début novembre 2021, dans le Finistère, Ouest France avait rapporté l’histoire d’une jeune femme qui avait mis en vente sa voiture sur Le Bon Coin et qui s’était fait gazer par trois faux acheteurs qui s’étaient emparés de son véhicule. En mai, dans le Morbihan, une vendeuse s’était fait agresser et traîner sur plusieurs mètres par son véhicule pour les mêmes raisons.



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*