feux de forêt continus dans le sud, l’un depuis un mois


Avec des températures avoisinant 40 degrés, des pompiers étaient cette fin de semaine mobilisés sur des feux de forêt dans neuf des 23 provinces d’Argentine, dont un actif depuis plus d’un mois a détruit près de 6000 hectares de végétation, sans blessés ni évacuations à ce jour.

Près d’une centaine de pompiers et personnel de soutien, appuyés par cinq avions et quatre hélicoptères, combattaient le plus tenace de ces feux près du Lac San Martin, dans le Parc national Nahuel Huapi, non loin de la ville touristique de Bariloche (1.500 km au sud-ouest de Buenos Aires), selon le Service national de gestion du feu (SNMF) «C’est un des feux les plus graves que nous ayons eu dans la région», a indiqué à l’AFP Lorena Ojeda, directrice des opérations du SNMF, sur les lieux de cet incendie en cours depuis le 6 décembre suite à des impacts de foudre. Le vent et les températures élevées, de 35 à 40 degrés avec des pointes au-dessus, «contribuent à la propagation continue du feu», avec des prévisions météorologiques «de précipitations qui pourraient ne pas suffire», selon Lorena Ojeda.

La fumée couvre tout le paysage. JONAS MAXI / AFP

5900 hectares impactés

Environ 5900 hectares de «forêt andine indigène», avec un mélange de cyprès, bambou, ñire (hêtre austral), mayten (arbre de la famille des fusains), notro (arbuste des protéacées) ont été impactés par les flammes. Mais ni blessé, ni évacuation n’a été déplorée dans cette zone accidentée, à très faible densité de population. «Le feu est à 50 km de Bariloche, mais il n’y a pas de risque d’évacuation pour le moment», ont indiqué les pompiers à l’AFP.

Les incendies dans les zones forestières du sud et du centre de l’Argentine, un pays d’une superficie plus de cinq fois supérieure à la France, sont une occurrence endémique des étés austraux. Mais habituellement moins dans les zones littorales, ou plusieurs sont pourtant signalés cet été. Le récent panorama «climatique est très défavorable, avec deux années consécutives de sécheresse (…), une vague de chaleur persistante», a expliqué le biologiste et vice-ministre de l’Environnement Sergio Federovisky à la radio publique Radio Telam.

Une vue aérienne des feux. STRINGER / REUTERS

Le bulletin de vendredi du SNMF faisait ainsi état d’une trentaine de foyers d’ampleur diverse dans neuf provinces distinctes, dont une moitié «actifs». Pour autant, 2021 a été l’une des années les moins impactées en terme d’hectares de forêts détruits par le feu depuis cinq ans, selon des statistiques récentes du SNMF: 330.000 ha recensés, contre 1,1 million ha en 2020.



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*