avec sa décrue des contaminations, le Royaume-Uni est-il déjà sorti d’affaire?


Après sept jours de baisse des contaminations outre-Manche, les autorités sanitaires locales observent également une stagnation des hospitalisations.

Le Royaume-Uni est peut-être sur la bonne voie. Violemment touché par une recrudescence des cas de Covid-19 fin 2021 en raison de la propagation du variant Omicron sur son territoire, la vague outre-Manche semble atteindre son point de rupture. Selon les derniers chiffres des autorités sanitaires ce mercredi, il y a eu 129.587 nouveaux tests positifs à travers le pays au cours des dernières 24 heures, soit le septième jour consécutif de baisse.

De bon augure pour la France

Le pic des contaminations semble d’ailleurs atteint. Une hypothèse confirmée par le Daily Mail, qui souligne qu’en l’espace d’une semaine, les cas dans le pays ont baissé de 33%.

Ce schéma suit ainsi celui enregistré quelques semaines auparavant en Afrique du Sud, épicentre du variant Omicron, où les chiffres de contaminations se sont effondrés en l’espace d’un mois.

Les cas de contaminations au coronavirus au Royaume-Uni
Les cas de contaminations au coronavirus au Royaume-Uni © coronavirus.date.gov.uk

Par ricochet, les admissions à l’hôpital pour des cas graves d’infection au Covid-19 baissent également. Avec 2049 nouvelles admissions le 8 janvier dernier, ce chiffre n’a augmenté que de 1% à l’échelle nationale et est en baisse sur dix jours à Londres, ville la plus touchée du pays, ajoute le Daily Mail.

« À moins que les choses ne changent de manière inattendue, nous sommes proches du pic national de patients Covid à l’hôpital. C’est un moment important, mais il est crucial que nous reconnaissions que ce ne sera pas uniforme – certaines parties du Royaume-Uni voient toujours le nombre de patients augmenter », analyse Matthew Taylor, directeur général de la Confédération du NHS.

Un motif d’espoir côté français, ou les contaminations battent des records chaque jour. Mercredi sur Franceinfo, le ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran a rappelé que la France suivait le schéma britannique « avec une dizaine de jours de retard. » « On pourrait s’attendre à être bientôt à une forme de pic », a-t-il d’ailleurs complété.

Un pays déjà hors de la pandémie?

De manière générale, il semble que la stratégie mise en place par le gouvernement de Boris Johnson, pourtant épinglé par la presse après avoir participé à plusieurs fêtes en 2020 alors que les mesures coercitives étaient très strictes dans le pays, porte ses fruits. Malgré l’explosion des cas sur son territoire, le Premier ministre avait refusé de mettre en place de nouvelles restrictions pour la période de Noël.

Or, comme le rapporte CNBC, certains professionnels de la santé assurent que le pays est pour l’heure le mieux placé pour sortir de la pandémie de Covid-19.

« Le Royaume-Uni est le plus proche de tous les pays à être hors de la pandémie, s’il ne l’est pas déjà, et si la maladie devient endémique. Les pays voient maintenant l’immunité de la population se renforcer, et cela semble tenir le virus à distance, ne provoque pas de cas graves ni de décès dans les pays où l’immunité de la population est élevée », explique ainsi David Heymann, de la London School of Hygiene and Tropical Medicine.

Une hypothèse confirmée à l’antenne de la BBC par Nadhim Zahawi, secrétaire britannique à l’éducation, qui a souligné que le Royaume-Uni était sur la voie « de la pandémie à l’endémie. »



Notre partenaire : 24h Actu

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*