les personnes vivant avec des enfants sont plus exposées à la contamination



Une étude de l’Institut Pasteur évalue à 30% le risque supplémentaire de contracter le Covid-19 lorsqu’un foyer compte en son sein un collégien. Un nombre qui augmente plus les enfants sont jeunes.

Au début de l’épidémie de Covid-19, les épidémiologistes s’accordaient à dire que les enfants présentaient des chances bien moins importantes de développer et transmettre la maladie. Près de deux ans après le début de l’épidémie, les cartes semblent avoir été complètement rebattues, comme vient le confirmer une nouvelle étude de l’Institut Pasteur dévoilée ce vendredi, et publiée dans The Lancet Regional Health Europe.

Ainsi, si un foyer compte au moins un collégien, la probabilité pour les parents d’attraper le Covid-19 augmente de 30%, davantage s’il s’agit d’enfants scolarisés en primaire, dévoile cette enquête menée auprès d’adultes de plus de 40 ans.

La contamination importante des plus jeunes

Une dynamique d’autant plus inquiétante que l’épidémie progresse chez les enfants. En l’espace d’une semaine, le taux d’incidence des 6-10 ans a été multiplié par 2,5 et était égal à 340 cas pour 100.000 habitants au 24 novembre, alors que la moyenne nationale pour les adultes s’établissait à 191.

« Avec le variant Delta, deux fois plus contagieux que le virus de 2020, les enfants perdent ce bénéfice », commente auprès du Parisien Arnaud Fontanet, épidémiologiste à l’Institut Pasteur.

Flambée à l’école

Face à cette reprise épidémique chez les plus jeunes, 8890 classes étaient fermées ce vendredi, selon les chiffres transmis par Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale. D’après le protocole actuel, une classe de primaire ou maternelle doit obligatoirement fermer ses portes dès la découverte d’un cas positif en son sein.

Une règle appelée à évoluer la semaine prochaine, dans le cadre des nouvelles mesures pour lutter contre le virus dévoilées jeudi. Désormais, lorsqu’un cas positif sera découvert dans le premier degré, tous les enfants de la classe seront testés, et seuls ceux pouvant présenter un test négatif pourront réintégrer immédiatement la classe. Se rapprochant des règles actuellement en vigueur dans les collèges et lycées.

La vaccination des enfants

Ces nouveaux résultats sur la contagiosité des enfants relancent le débat sur leur vaccination. Actuellement, en France, on peut se faire vacciner à partir de 12 ans. Ce jeudi, l’Agence européenne du médicament a donné son feu vert pour administrer le vaccin Pfizer chez les 5-11 ans.

Jeudi, Olivier Véran a fait savoir que la France réfléchissait à ouvrir la vaccination aux plus jeunes, et que le Conseil National d’Ethique allait être saisi sur ce point. Mais si elle venait à être autorisée, ce ne serait pas avant « début 2022 ».

Comme le confie Arnaud Fontanet, toujours au Parisien, si la vaccination des plus jeunes se révèle sans risque, elle présente un bénéfice clair. « Il y a bien sûr un bénéfice collectif à réduire la dynamique de l’épidémie et, pour les petits, c’est la meilleure garantie de suivre une scolarité normale. » En attendant, il est important de « bien aérer et de faire des tests systématiques à l’école » souligne pour sa part chez nos confrères Fabienne El-Khoury, docteure en santé publique.



Notre partenaire : 24h Actu

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*