Les trottinettes en libre-service limitées à 10 km/h dans tout Paris avant Noël


Les principaux opérateurs avaient annoncé il y a quelques jours, la mise en place 700 zones de limitation de la vitesse dans la ville. Une mesure qui n’a pas convaincu la Mairie.

Moyen de locomotion propre et pratique pour les uns, cauchemar «hyperdangereux» pour d’autres, les trottinettes en libre-service seront limitées à 10 km/h à Paris «dès la première quinzaine de décembre», excepté sur certains grands axes, a affirmé jeudi la mairie. Dans toutes les «rues adjacentes», les trottinettes seront bridées automatiquement à 10 km/h, tandis que les axes majeurs, notamment ceux disposant de pistes cyclables sécurisées, conserveront leur limitation à 20 km/h, a indiqué à l’AFP l’écologiste David Belliard, premier adjoint à la maire Anne Hidalgo (PS), en charge notamment des mobilités.

Outre les pistes cyclables, les voies «structurantes interquartiers» seront également exemptées de limitation, tout comme les rues où la circulation automobile reste autorisée à 50 km/h, et les voies de bus où les vélos sont autorisés, précise la mairie. Cette «commande» a été passée mercredi par la Ville aux trois opérateurs présents dans la capitale, qui avaient annoncé il y a quelques jours la mise en place 700 zones de limitation de la vitesse à Paris.

Pour David Belliard, un tel zonage ne serait pas satisfaisant car il crée «un Paris dalmatien», et serait difficilement compréhensible des usagers de trottinettes. En simplifiant les règles, la mairie souhaite assurer une «meilleure régulation de l’espace public», décrit par les élus comme «tendu». Les trottinettes ont été responsables de 298 accidents depuis le début de l’année, causant deux décès et 329 blessés. 375 accidents avaient été recensés en 2020, dont un mortel. Fin juin, après la mort d’une Italienne de 32 ans, percutée par une trottinette électrique sur une allée piétonne, la mairie de Paris avait menacé les trois opérateurs privés autorisés de ne pas renouveler leur contrat s’ils ne faisaient pas des progrès sur la limitation de la vitesse et le stationnement.

À ce jour, David Belliard confirme la prolongation «de cinq mois» de ces contrats. La «promesse de liberté totale» des usagers des trottinettes en libre-service «n’est pas tenable», souligne David Belliard qui affirme sa volonté «d’apaiser» le partage de l’espace public à l’approche des fêtes de fin d’année, où les rues de la capitale s’emplissent.

Des avis partagés sur cette mesure

Les Parisiens rencontrés jeudi par l’AFP sont partagés face à cette nouvelle mesure. «Cela ne suffit toujours pas», déplore une retraitée, qui estime que les trottinettes sont «hyperdangereuses» pour les piétons, «les rues sont déjà remplies, avec les vélos et les voitures électriques silencieuses». Marjorie, employée d’une maison de luxe, estime quant à elle que cette décision est «une bonne nouvelle pour la sécurité des piétons».

Côté opposition municipale, le maire LR du XVe arrondissement, Philippe Goujon, salue auprès de l’AFP la mise en place de cette nouvelle limitation, qu’il affirme avoir proposée il y a plusieurs semaines. «Je ne souhaitais pas découper le XVe en tronçons», explique l’élu. Il souhaite néanmoins aller plus loin, «que la Ville travaille avec les opérateurs», à la création notamment d’un «Code de la rue, ou code du piéton» et que ces derniers, particulièrement vulnérables, «soient protégés».

Dans cette même volonté de réguler les moyens de transport en libre-service, la Mairie a également annoncé réaliser un appel à concurrence auprès des opérateurs de deux-roues motorisés, à partir du 13 décembre. L’idée est d’«anticiper», avant que la situation ne devienne ingérable, comme elle l’a été pour les trottinettes.

Cinq opérateurs sont actuellement présents dans la capitale, mais l’appel d’offres n’en retiendra que deux ou trois. Les lauréats seront annoncés en juin, pour un début de contrat en septembre. Les critères de sélection seront divers, et liés «aux types d’engins, au respect de leurs critères environnementaux», à la qualité des services, leur capacité à se déployer «et à assurer le service», résume M. Belliard, tout en précisant le souhait de la municipalité de travailler avec des entreprises suivant une démarche «d’amélioration sociale» du cadre de travail de ses salariés. Ce modèle a déjà été suivi en 2020, pour réduire le nombre d’opérateurs de trottinettes à trois dans la capitale.



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*