nouvelle augmentation des passages aux urgences et des hospitalisations chez les nourrissons



Dans son dernier bulletin sur l’évolution de l’épidémie de bronchiolite chez les enfants, Santé Publique France alerte sur une nouvelle hausse des urgences et hospitalisations, depuis la fin des vacances de la Toussaint.

L’épidémie de bronchiolite se poursuit en France. Alors que toutes les régions de métropole sont en phase épidémique depuis le 10 novembre dernier, l’infection ne recule pas.

Chez les enfants de moins de deux ans, les passages aux urgences et les hospitalisations liés à la bronchiolite ont rebondi la semaine du 14 novembre, après une accalmie au début du mois, d’après le dernier bulletin de Santé Publique France sur l’épidémie, publié ce mercredi.

Cette accalmie n’a représenté qu’une diminution ponctuelle « liée aux congés scolaires » et à la Toussaint, explique l’agence.

Hausse de 9% des passages aux urgences

Dans le détail, comparé à la semaine précédente, une hausse de 9% des passages aux urgences pour des cas de bronchiolite a été enregistré entre le 15 et le 21 novembre; ainsi qu’une hausse de 7% des hospitalisations. Au total, 573 appels à SOS Médecins ont été passés pour des cas de bronchiolite.

Parmi les 3609 enfants de moins de deux ans vus aux urgences, 3189 (88%) étaient âgés de moins d’un an et 1257 (35%) ont été hospitalisés. Sur ces derniers, 92% avaient moins d’un an.

Les gestes barrières, responsable de l’épidémie?

Courante et très contagieuse, la bronchiolite provoque chez les bébés une toux et une respiration difficile, rapide et sifflante. La plupart du temps bénigne, elle peut toutefois nécessiter un passage aux urgences, voire une hospitalisation.

L’hiver dernier, les confinements et les gestes barrières anti-Covid ont contribué à bloquer tous les virus, dont le VRS (virus respiratoire syncytial), responsable de la bronchiolite. Les enfants ont été moins infectés que d’habitude et sont donc moins immunisés sur le plan collectif, ce qui laisse craindre une épidémie plus forte cette année.

Ce phénomène pourrait aussi concerner d’autres virus hivernaux, dont ceux de la grippe ou de la gastro-entérite.



Notre partenaire : 24h Actu

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*