sa famille en appelle à Macron avant sa visite à Poitiers


La famille de Tiphaine Véron, une touriste française dont la disparition en 2018 au Japon n’a jamais été élucidée, espère que ce «dossier emblématique de la justice de Poitiers», sa ville d’origine, sera évoqué lundi lors de la visite d’Emmanuel Macron qui doit y lancer les États généraux de la justice. «On espère que la disparition de Tiphaine, dossier emblématique de la justice de Poitiers, sera évoqué», avait indiqué sur Twitter samedi Damien Véron, le frère aîné de la Poitevine, en référence à l’information judiciaire pour «enlèvement et séquestration» toujours en cours au tribunal de la ville.

Pour les proches, le dossier est porté avec «difficulté» par la juge d’instruction en raison «du manque de coopération» du Japon avec la France, explique à l’AFP Damien Véron.

À voir aussi – «On n’abandonnera pas»: trois ans après sa disparition, la famille de Tiphaine Véron continue d’enquêter

Tiphaine Véron a disparu le 29 juillet 2018 à Nikko, une cité touristique du nord-est du Japon entourée de collines et de bois aux sanctuaires réputés. Alors âgée de 36 ans, la jeune femme, épileptique, avait quitté son hôtel pour aller se promener, laissant derrière elle valise et passeport. Depuis trois ans, les recherches effectuées par ses proches sur place, n’ont rien donné, pas plus que les enquêtes judiciaires menées depuis Poitiers et au Japon.

La juge d’instruction poitevine a récemment adressé une commission rogatoire internationale au Japon pour lui demander de réaliser de nouvelles investigations.

La famille de Tiphaine Véron déplore en effet que l’hypothèse criminelle n’ait «jamais été véritablement explorée» par les enquêteurs nippons. «On espère que l’État japonais va collaborer avec la justice française. On demande au président Macron qu’il ne lâche pas la pression sur le Japon», souligne Damien Véron. Avec sa famille et leurs avocats, le frère espère se rendre au Japon en 2022 pour «appuyer» leurs demandes.

Le président de la République, Emmanuel Macron, est en déplacement lundi à Poitiers pour lancer les États généraux de la justice qui ont pour ambition de «dresser un état de la situation de la justice et de formuler des propositions concrètes pour la mettre au centre du débat démocratique», selon l’Élysée.

Lors de sa visite au Japon en juillet pour l’ouverture des JO de Tokyo, le Président avait évoqué l’affaire Véron avec le Premier ministre japonais Yoshihide Suga.

À voir aussi – Âge, profil, indices: les critères d’une disparition inquiétante



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*