le préfet de Loire-Atlantique de l’époque mis en examen pour homicide involontaire


Claude d’Harcourt est désormais poursuivi dans cette affaire, comme le sont déjà son directeur de cabinet de l’époque et le commissaire de police chargé du dispositif de sécurité au moment des faits.

Article rédigé par


Publié


Mis à jour

Temps de lecture : 1 min.

Le préfet de Loire-Atlantique qui était en poste en juin 2019, Claude d’Harcourt, a été mis en examen jeudi 14 octobre pour « homicide involontaire », dans l’enquête sur la mort de Steve Maia Caniço le 22 juin 2019, en marge de la Fête de la musique à Nantes, indique le parquet de Rennes dans un communiqué.

Dans cette affaire, le directeur de cabinet du préfet de Loire-Atlantique au moment des faits, a été mis en examen le 22 juillet pour « homicide involontaire ». Le commissaire de police chargé du dispositif de sécurité au moment des faits a été mis en examen le 13 juillet pour « homicide involontaire ». Le directeur départemental adjoint de la sécurité publique, en poste au moment des faits, a été placé sous le statut de « témoin assisté » le 19 juillet. La mairie de Nantes et Nantes Métropole ont été placés sous le statut de « témoin assisté » le 21 juillet en tant que personnes morales. Enfin Johanna Rolland, la maire de Nantes, et Gilles Nicolas, l’adjoint au maire chargé de la sécurité, ont été placé sous le statut de « témoin assisté » au mois de septembre.

Steve Maia Caniço, animateur périscolaire de 24 ans, avait disparu après une opération policière destinée à faire cesser une soirée électro en bord de Loire lors de la Fête de la musique. Sept personnes étaient tombées dans le fleuve pendant l’intervention nocturne de la police, selon l’Inspection générale de l’administration (IGA), sans compter Steve Maia Caniço, dont le corps ne sera retrouvé que le 29 juillet.





Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*