L’Arménie demande à la CIJ de faire cesser le «cycle de haine» avec l’Azerbaïdjan


Erevan a demandé jeudi 14 octobre à la plus haute juridiction de l’ONU de mettre fin au «cycle de haine» établi par l’Azerbaïdjan envers les Arméniens, alors que les deux pays s’affrontent devant la justice internationale. L’Arménie et l’Azerbaïdjan, en guerre l’année dernière pour le contrôle de la région du Nagorny Karabakh, ont déposé des recours auprès de la Cour internationale de justice (CIJ) qui siège à La Haye, s’accusant mutuellement de discrimination raciale.

La CIJ, qui tranche les différends entre les États, tient cette semaine et la semaine prochaine des audiences dans la procédure. Celle-ci pourrait prendre plusieurs années. L’Arménie, s’exprimant en premier avant que l’Azerbaïdjan ne donne ses arguments la semaine prochaine, a demandé à la juridiction de prendre des mesures d’urgence pour protéger les Arméniens, le temps que la requête soit étudiée.

«Culture de la peur et de la haine»

«Avec ce recours, l’Arménie cherche à prévenir et à remédier au cycle de violence et de haine perpétré contre les Arméniens de souche», a déclaré lors d’une audience Yeghishe Kirakosyan, représentant de l’Arménie. «L’Arménie cherche de toute urgence à protéger les droits des Arméniens de souche contre un préjudice irréparable imminent», a-t-il ajouté.

Le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev a ouvertement admis que son pays avait en septembre 2020 commencé le conflit de six semaines, alimentant la chaîne de violence ethnique et de haine, a-t-il poursuivi. «Nous craignons que ce ne soit pas le dernier tant que les racines de ce conflit ne seront pas traitées», a indiqué le représentant d’Erevan. Les autorités azerbaïdjanaises endoctrinent la population, «génération après génération», dans une «culture de la peur et de la haine de tout ce qui est arménien», a déclaré Yeghishe Kirakosyan.

L’Arménie et l’Azerbaïdjan se sont livrés à l’automne 2020 une courte guerre, faisant plus de 6.500 morts, pour l’enclave du Nagorny Karabakh qui avait déjà fait l’objet d’une guerre sanglante dans les années 1990. Le conflit de l’automne s’est soldé par la défaite de l’Arménie, contrainte de céder plusieurs régions formant un glacis autour de l’enclave séparatiste. Malgré la signature d’un cessez-le-feu et le déploiement de soldats russes de maintien de la paix, les tensions restent fortes entre les deux ex-républiques soviétiques.



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*