ce que l’on sait de la mort d’une femme à Agde, retrouvée décapitée à son domicile



Une femme de 77 ans a été retrouvée décapitée dans sa maison de la station balnéaire d’Agde (Hérault), a annoncé jeudi 14 octobre le parquet de Béziers, précisant que la piste terroriste n’était pas privilégiée à ce stade. Franceinfo résume ce que l’on sait de cette macabre découverte.

Le fils de la victime a donné l’alerte

Le fils de la victime, résidant en région parisienne, s’est inquiété mercredi soir car sa mère ne répondait pas au téléphone, alors qu’il avait l’habitude de l’appeler tous les soirs vers 21 heures. Selon les informations de franceinfo, il a regardé la vidéo-surveillance mise en place à l’intérieur du domicile de sa mère et a aperçu une ombre sur le sol. Il a alors alerté les secours.

Dans un premier temps, les pompiers sont arrivés sur les lieux et ont découvert le portail extérieur clos, alors que la porte d’entrée de la maison n’était pas fermée à clé. Ils sont entrés dans le logement sombre, ont éclairé les lieux et ont constaté la présence d’un corps sur le sol, dont la tête était décapitée et posée sur une table à côté. Les pompiers ont appelé la police, qui les a rejoints.

Les policiers ont constaté des traces de lutte dans l’appartement, selon une source proche de l’enquête à franceinfo. Du ruban adhésif ensanglanté et des gants en latex ont été retrouvés à l’extérieur de la maison, selon France Télévisions. 

La victime était une institutrice à la retraite

Selon les informations de franceinfo, la victime de 77 ans vivait seule depuis la mort de son mari, il y a deux ans. Institutrice à la retraite, elle était mère de deux enfants, selon le parquet de Béziers. 

Selon des voisins, interrogés par France Bleu, la victime était « joviale, avenante, discrète ». Elle participait notamment à la fête des voisins. Des riverains rencontrés par une équipe de France 3 Occitanie disent n’avoir rien vu ni entendu de particulier dans les dernières 24 heures.

La victime était inconnue des autorités judiciaires. Le commissariat d’Agde n’a par ailleurs recensé aucune plainte de sa part ces dernières années.

Une autopsie du corps a été réalisée

Le corps de la victime a été autopsié jeudi après-midi à l’institut médico-légal de Montpellier. Les images de vidéosurveillance doivent également être analysées afin de comprendre les faits et d’essayer d’identifier le ou les auteurs, ainsi que leurs motivations.

Une enquête est ouverte pour « meurtre »

La police d’Agde a été dessaisie du dossier et l’enquête a été confiée à la direction territoriale de la police judiciaire de Montpellier. « D’importants moyens sont mis en œuvre par la DTPJ de Montpellier pour tenter d’identifier et d’interpeller le ou les auteurs des faits », a assuré le procureur de la République de Béziers, Raphaël Balland, dans un communiqué.

Le parquet national antiterroriste a été informé de ces faits, mais « n’a pas revendiqué sa compétence jusqu’à présent, en l’absence d’éléments qui pourraient le justifier en l’état des investigations ».

Par ailleurs, le procureur de la République de Béziers a décidé d’ouvrir une enquête pour « violation du secret professionnel et recel de ce délit » après la diffusion d’informations dans les médias sur cette affaire.





Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*