Anne Hidalgo fête son investiture dans une brasserie à Paris


Les militants socialistes l’ont désignée jeudi soir comme leur candidate à la présidentielle.

À 22 heures, ils étaient quelques poignées de militants à attendre devant L’Office, une brasserie parisienne à la frontière des XIe et XXe arrondissements de la capitale, là où Anne Hidalgo a été élue aux dernières municipales. Mais ce jeudi 14 octobre au soir, les socialistes sont venus l’entourer pour un autre enjeu, celui de la présidentielle. Car désormais, la maire de Paris est aussi la candidate du PS. Un vote ce jour même, l’a désignée à la majorité devant son seul adversaire interne, l’ancien ministre de l’Agriculture et maire du Mans, Stéphane Le Foll. Vers 23 heures, une heure après la clôture des votes physiques, les premiers chiffres, non définitifs, lui donnaient assez d’avance pour permettre déjà de célébrer sa victoire.

«Nous savons que ce sera difficile»

Premier secrétaire du PS, Olivier Faure est venu annoncer son score provisoire en la félicitant: sur la base de 90% des bulletins dépouillés Anne Hidalgo a obtenu 72% des voix. « Nous savons que ce sera difficile », a reconnu le député de Seine-et-Marne au vu des sondages, ajoutant, en référence à François Mitterrand: «Nous savons qui tu es, ta force tranquille, ta détermination.»

Selon ses proches, la participation, quoique légèrement inférieure aux trois votes socialistes organisés depuis l’été, était cependant comparable. Beaucoup craignaient l’abstention. Anne Hidalgo, dans sa déclaration, a remercié les militants «qui se sont mobilisés partout en France pour porter nos valeurs». Elle a salué Stéphane Le Foll, soulignant que «sa famille politique a besoin de lui, de son expérience et aussi de sa voix pour porter (leurs) engagements». «Je suis restée fidèle à mon parti, en femme libre», a-t-elle déclaré dans sa rapide prise de parole.

«Une gauche qui assume l’exercice du pouvoir»

Anne Hidalgo a indiqué vouloir être la candidate d’une gauche «qui assume l’exercice du pouvoir et les responsabilités, cette gauche de gouvernement qui ne se contente pas de s’indigner ou de protester mais qui agit concrètement (…) Cette gauche du progrès social et des grandes conquêtes, qui veut réparer notre République.»

Malgré les sondages très mauvais donc, – un dernier BVA pour RTL et Orange la donne à 4%, comme Arnaud Montebourg – les militants présents assurent garder le moral. Fabienne, militante depuis 2005, le confirme : «4% ? On y croit… On serait à 1% que j’y croirais toujours, c’est la force de mon parti, engagé dans la sociale écologie».



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*