à l’origine de troubles de la fertilité



À l’occasion de la septième édition de la Journée nationale de la qualité de l’air, le ministère de la Transition écologique a rappelé sur son compte Twitter que la pollution de l’air est l’une des trois premières causes de mortalité avec le tabac et l’alcool.

Mais la mortalité n’est pas la seule conséquence néfaste de la pollution de l’air. De nombreuses études prouvent en effet le lien entre pollution atmosphérique et troubles de la fertilité.

Des chercheurs de l’Université de Nottingham ont d’ailleurs récemment mis en avant, chez le chien, un lien entre baisse de fertilité et taux de pollution.

Une étude menée au Danemark, en Finlande et au Royaume-Uni.

Le choix de l’animal domestique a été fait car ce dernier vit dans le même environnement que celui de l’homme. Les chiens vivant dans des zones polluées présentaient des dysfonctions des testicules impliquées dans une production anormale de spermatozoïdes.

De là à savoir si ces résultats sont extrapolables à l’homme…

Prendre des pincettes

La mauvaise qualité de l’air dégraderait la qualité du sperme, mais augmenterait paradoxalement le nombre de spermatozoïdes présents dans un échantillon. Des faits avancés par des chercheurs taiwanais auprès de 6 500 hommes âgés de 15 à 49 ans, suivis entre 2001 et 2014.

Résultats, les hommes vivant dans des endroits pollués présentaient 1,29 % de sur-risque de produire des spermatozoïdes anormaux. Et pour chaque augmentation de 5 microgrammes par m3 de particules polluantes, un million de gamètes en plus était produit.

Mais des biais existent dans ce travail. Un seul prélèvement de sperme a été effectué. Or la composition spermatique peut varier d’un échantillon à l’autre sous l’influence de différents facteurs (infections, fièvre, usages de toxiques…).

Autres points, la pollution extérieure, la consommation de tabac, de cannabis, d’alcool et le surpoids, ennemis avérés de la fertilité, ont été rapportés.

Mais les troubles de la fertilité associés à d’autres polluants (autres que la pollution de l’air extérieur) comme une exposition professionnelle ou à domicile n’ont, eux, pas été pris en compte. La seule action isolée de la pollution extérieure ne peut être confirmée à ce jour.



Notre partenaire : 24h Actu

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*