le lycéen condamné à 5 mois de sursis


Le lycéen de Combs-la-Ville (Seine-et-Marne) filmé en train de projeter violemment au sol son enseignante vendredi a été condamné ce mercredi à cinq mois de prison avec sursis probatoire, a déclaré à l’AFP le parquet de Melun. Publiée sur les réseaux sociaux et largement reprise dans les médias, la vidéo de l’incident montre un lycéen forçant le passage face à son enseignante qui l’empêchait de sortir de la classe, la projetant brutalement au sol en ouvrant la porte d’un grand coup.

Comparution immédiate

Placé en garde à vue lundi après-midi, le lycéen été condamné, à l’issue de son audience en comparution immédiate, à une peine de 5 mois de prison avec sursis probatoire durant deux ans, a indiqué à l’AFP la procureure de Melun Béatrice Angelelli. Le sursis implique 140 heures de travaux d’intérêt général, un stage de citoyenneté, l’interdiction de contact avec la professeure et l’obligation de soins et de travail ou formation, a-t-elle précisé. « Sa rescolarisation se fera dans un établissement spécial, j’y veillerai, de façon à ce que, aussi bien sur le plan pénal que sur le plan disciplinaire, nous soyons extrêmement fermes et stricts et cette affaire en est une des démonstrations », a déclaré le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer lors de la séance des questions au gouvernement au Sénat.

Dans un communiqué samedi, le rectorat de l’académie de Créteil avait indiqué que le principal mis en cause était exclu à titre conservatoire de l’établissement, en attendant la tenue d’un conseil de discipline où il « s’expose à de lourdes sanctions ». Deux autres élèves mineurs, poursuivis pour avoir filmé et diffusé sur les réseaux sociaux l’altercation, seront jugés en audience de culpabilité le 23 novembre, a ajouté la procureure. Nouvelle disposition de la justice pénale des mineurs en vigueur depuis le 30 septembre, cette première audience ne statuera que sur la culpabilité. La décision sur la peine interviendra dans un délai de 6 à 9 mois.

L’enquête ouverte pour violences avec circonstances aggravantes, car commises envers un enseignant et dans un établissement scolaire, avait été confiée au commissariat de Melun.



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*