quatre personnes, dont «un espoir du basket français», interpellées à la suite d’émeutes urbaines


Le sportif, âgé de 21 ans, a reconnu avoir jeté des projectiles contre les forces de l’ordre lors de violences urbaines à répétition.

Quatre interpellations ont eu lieu à Limoges dans la Haute-Vienne à la suite d’émeutes urbaines dans le quartier de Val de l’Aurence, a annoncé vendredi la police nationale de Haute-Vienne sur Facebook. Parmi eux se trouve un jeune sportif présenté comme un «espoir du basket français».

Dans la nuit de lundi à mardi, les pompiers et les policiers ont été attaqués par une centaine de jeunes encagoulées, alors qu’ils intervenaient sur l’incendie d’un véhicule dans ce quartier difficile de Limoges. Ils ont été agressés à coups de jets de pierres, de cocktails Molotov ou encore de tir de mortiers. Les affrontements ont duré près de cinq heures, rapporte France Info. 64 policiers de la CRS-8, une unité créée pour se rendre rapidement sur tout le territoire, ont aussitôt été envoyés sur place en renfort, à la demande de Gérald Darmanin. Mais le lendemain soir, le même scénario se répète. Alors qu’une équipe effectue une patrouille dans le quartier aux alentours d’une heure du matin, elle est de nouveau attaquée au tir de mortier, blessant l’un des fonctionnaires.

Interrogé par France 3 Nouvelle-Aquitaine, le maire LR de Limoges Emile-Roger Lombertie affirme que ces affrontements sont liés au trafic de drogue : «Ce sont des quartiers tenus par les trafiquants de drogue, assure-t-il. Casser du policier ou du pompier, ce n’est pas quelque chose qui arrive comme ça par hasard, mais avec une vraie organisation». Selon le secrétaire général de la préfecture, la plupart des individus opposés aux forces de l’ordre durant ces deux nuits sont des jeunes de 13 à 17 ans, originaires d’Afrique subsaharienne et de Mayotte. Depuis, aucun nouvel incident n’a été signalé, mais certains habitants évoquent leurs craintes de voir le quartier être le théâtre d’une «guérilla»: «On m’avait vendu du rêve avec ces immeubles dans le quartier. J’insiste là-dessus, mais aujourd’hui, je n’ai pas envie de payer un loyer pour être au milieu d’une guérilla», confie l’un d’eux au quotidien Le Populaire du Centre .

«Évènements inacceptables»

À la suite de ces émeutes urbaines, la police a finalement procédé à l’interpellation de quatre individus: l’un pour possession de stupéfiants, un second pour avoir refusé un contrôle alors qu’il était en scooter, blessant un policier lors d’un refus d’obtempérer, ainsi que deux frères auteurs de violences contre les forces de l’ordre lors des émeutes. Les deux jeunes sont des habitants du quartier de Val de l’Aurence, dont l’un est âgé de 21 ans et «espoir du basket français rentrant des États-Unis». En garde à vue, celui qui n’avait jusque-là pas de casier judiciaire a reconnu avoir jeté des projectiles sur les forces de l’ordre. Le second, âgé de 17 ans, est déjà connu des autorités judiciaires et a avoué avoir tenté de détruire une caméra de vidéosurveillance avec des jets de pierre. Ils devaient tous les quatre être déférés vendredi devant la justice pour répondre de ces actes, qualifiés par la police «d’évènements inacceptables.»


À VOIR AUSSI – La violence augmente-t-elle vraiment en France ? L’analyse de Thibault de Montbrial



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*