Un mystérieux collectif dégonfle les pneus des grosses voitures la nuit dans les grandes villes


Le mouvement, qui laisse un manifeste sur le pare-brise de chaque SUV dégonflé, entend combattre ces «bagnoles polluantes, inutiles et nuisibles».

«Cela fait plusieurs mois que l’on constate ces pratiques…» Dans les rangs de la police, «Les Dégonfleurs de SUVs» interrogent. Ce mystérieux «collectif» écologiste, dont les grosses voitures sont la cible, sévirait dans plusieurs grandes villes de France, à Paris notamment. Comme son nom l’indique, la petite communauté, «peu structurée et pas organisée» nous précise-t-on, dégonfle les pneus des véhicules utilitaires sport, ou SUV, ces automobiles aux carrosseries volumineuses et aux propriétés tout-terrain. Très populaires, pas moins de cinq SUV trustent le top 10 des ventes de voitures en France, dont la Peugeot 2008, la Dacia Duster et le Renault Captur.

Ainsi, le compte Twitter des «Dégonfleurs de SUVs» a revendiqué, le 28 juillet dernier, «le dégonflage de 35 tanksdans une ville de l’ouest de la France», tout en annonçant rejoindre le mouvement international «The Tyre Extinguisher», qui revendique des actions similaires dans pas moins de 10 pays, pour un total de plusieurs milliers de pneus dégonflés. Des faits que la communauté et son pendant français justifient par la pollution qu’engendrent ces véhicules: plus consommateurs qu’une simple citadine et plus lourds qu’une berline, les SUV sont régulièrement accusés de surpolluer, comme l’affirmait la WWF France dans un billet, qui estime qu’un SUV rejette 20% plus de CO² qu’une voiture dite standard. De leur côté, les constructeurs de SUV se défendent en mettant en avant leurs modèles hybrides ou électriques, et en expliquant implanter des nouveaux dispositifs anti-pollution.

«Les SUV sont des bagnoles plus grosses, plus chères, plus polluantes. Ils sont donc inutiles et nuisibles, électriques ou non», écrivent les «Dégonfleurs de SUVs» sur Twitter. Et d’asséner: «L’État laisse faire malgré l’état d’alerte climatique, et laisse les riches rouler sur notre avenir au volant de leurs tanks.» Chez la police, le groupuscule commence à agacer: «Si le collectif prend de l’ampleur, et s’inscrit dans une dynamique plus professionnelle, il peut vite poser un problème de sécurité publique, et causer de graves accidents de la route», affirme ainsi une source policière. Pour l’heure, le Royaume-Uni puis la Suède sont les pays les plus touchés.

Manifeste sur le pare-brise

Le ralliement des «Dégonfleurs de SUVs» à la branche internationale a en tout cas de quoi inquiéter. Sur son site, le mouvement liste l’ensemble des SUV à cibler, photos à l’appui, et a publié un guide vidéo pour évacuer l’air des pneus sans les crever, conseillant même à ses membres de médiatiser leurs méfaits auprès de la presse locale. Une fois l’opération terminée, les dégonfleurs déposent un manifeste sur le pare-brise du véhicule. Disponible en français sur le site internet du mouvement, il explique au propriétaire que «votre SUV tue (…) Ne le prenez pas personnellement (…) nous faisons cela car conduire un véhicule de cette taille en ville est particulièrement néfaste».

Si la première action de la branche française date du 18 juillet dernier, avec quelque «100 SUV dégonflés dans le 16e arrondissement de Paris», les Tyre Extinguishers semblent avoir débuté leur action en mars dernier, à Edimbourg, Liverpool et dans le quartier londonien de Chelsea. Toujours est-il que l’idée n’est pas nouvelle: en 2020 par exemple, les activistes d’Extinction Rebellion dégonflaient déjà des SUV à Bordeaux. Les militants du groupe «La Ronce» appelaient également à cette action en octobre 2020.

Malgré le danger qu’une telle action peut constituer, le dégonflage de pneu n’est pas considéré comme un délit. Cela peut toutefois entraîner une amende pour dégradation volontaire, comme l’indique l’article R635-1 du Code pénal.





Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*