le mari en garde à vue


Déjà connu de la justice pour des délits routiers, le mari a reconnu qu’une dispute avait éclaté entre eux.

Un homme de 35 ans, suspecté d’avoir tué sa femme enceinte de huit mois dans la nuit de mardi à mercredi 3 août à Montargis (Loiret), a été placé en garde à vue, a indiqué le parquet de la ville, qui a ouvert une enquête pour meurtre par conjoint.

Les pompiers et le Samu sont intervenus mercredi vers 4h00 pour une femme, âgée de 30 ans, «qui se trouvait inconsciente» et présentait «de multiples fractures», a déclaré le procureur de la République de Montargis Loïc Abrial dans un communiqué.

Le mari, déjà connu de la justice

«Après des gestes de réanimation qui permettaient de faire repartir son cœur, elle était transportée au Centre hospitalier de l’agglomération montargoise, où, malgré les soins prodigués, elle décédait vers 13h00», a précisé le magistrat. «Compte tenu des blessures constatées sur la victime, (…) son mari, âgé de 35 ans et présent lors de l’intervention des secours, était placé en garde à vue dans la matinée. Dans ses premières déclarations, il admettait qu’une dispute avait eu lieu mais expliquait que, s’il avait pu avoir des gestes violents, c’était selon lui pour empêcher son épouse de se faire du mal à elle-même», a indiqué le procureur.

À VOIR AUSSI – Qui est Sébastien Raoult, le Français qui risque 116 ans de prison aux États-Unis ?

Une autopsie de la victime est programmée jeudi à l’institut médico-légal de Tours. Le mari était déjà connu de la justice pour des délits routiers, mais pas pour des infractions violentes, a précisé le parquet. «Lors de leur intervention sur place, les policiers constataient également que l’appartement était insalubre. Y vivaient, outre la victime et son époux, leurs trois enfants âgés de 5, 3 et 2 ans, mais également une seconde compagne du mari, ainsi que leur enfant commun âgé de 3 ans», ajoute-t-il. Les quatre enfants ont été placés provisoirement auprès de l’aide sociale à l’enfance.



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*