La Finlande saisit des marchandises à capacité militaire à la frontière russe


Les douanes finlandaises ont annoncé mercredi 3 août avoir saisi à la frontière avec la Russie des marchandises pouvant renforcer «les capacités industrielles et militaires» de Moscou et autres marchandises faisant l’objet de sanctions internationales.

Ces saisies interviennent alors que la Finlande réfléchit à d’éventuelles restrictions des visas russes, dans la foulée de l’invasion de l’Ukraine par la Russie et des sanctions occidentales qui ont suivi.

Plus de 2500 contrôles ont été effectués entre le 22 et le 27 juillet et près d’une centaine cas similaires a été décelée, a indiqué l’autorité douanière. Une vingtaine de ces cas sont «en cours d’examen préliminaires», a déclaré l’administration douanière dans un communiqué. Les contrôles ont permis de déceler différents produits de luxe frappés par les sanctions européennes ainsi que des marchandises pouvant avoir un usage militaire, «tels que des outils utilisés dans le trafic maritime», a précisé l’autorité. «Il y a également eu des drones ainsi que des objets que nous ne pouvons pas commenter pour l’instant», a déclaré à l’AFP le directeur de l’application des douanes Mikko Grönberg.

Le nombre croissant de touristes russes en Finlande a provoqué la grogne dans le pays nordique, beaucoup étant d’avis que le tourisme devrait être restreint en raison de la guerre en Ukraine. Le nombre de touristes russes se rendant en Finlande n’a cessé d’augmenter après que la Russie a levé les restrictions de voyage liées au Covid le 15 juillet. On dénombre plus de 185.000 passages frontaliers en juillet, contre 125.000 en juin, des chiffres encore inférieurs aux niveaux pré-Covid. La semaine dernière, le parti conservateur d’opposition de Finlande a proposé d’interrompre l’émission de nouveaux visas touristiques pour les ressortissants russes.

Le président Sauli Niinistö prévoit d’aborder le sujet avec le gouvernement jeudi, alors que la proposition semble bénéficier d’un large soutien au parlement. «Personnellement, je pense que les restrictions devraient être renforcées», a déclaré à l’AFP le social-démocrate Aki Lindén, premier ministre par intérim pendant les vacances de Sanna Marin. Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a déclaré la semaine dernière que la Russie «réagirait très négativement» s’il devait y avoir une restriction sur les visas.



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*