Emmanuelle Wargon rebondit à la Commission de régulation de l’énergie


L’ex-ministre du Logement a été confirmée de justesse par le Parlement à la présidence de l’autorité indépendante.

Emmanuelle Wargon a été confirmée de justesse à la tête de la commission de régulation de l’énergie (CRE) ce mercredi en milieu de journée par les commissions des Affaires économiques du Sénat et de l’Assemblée. Elle avait été proposée à ce poste par le président Emmanuel Macron, en juillet. Elle succède ainsi à Jean-François Carenco, qui a été nommé ministre délégué chargé des Outre-mer dans le gouvernement Borne.

La CRE est une autorité indépendante chargée du bon fonctionnement des marchés de l’électricité et du gaz. Un rôle stratégique alors que les prix de l’énergie s’envolent depuis près d’un an et qu’EDF est en voie de (re)nationalisation.

Il s’en est fallu de peu pour que cette nomination soit retoquée. De fait, quelques heures avant le vote, certains élus de la majorité la voyaient déjà battue. Les parlementaires se sont majoritairement exprimés contre, à 48 voix contre et 43 pour seulement. Mais il fallait que les oppositions réunissent les trois cinquièmes pour retoquer la candidate de l’Élysée.

L’ex-ministre du Logement Emmanuelle Wargon aura fort à faire à la présidence de la CRE, en outre la surveillance des marchés de l’énergie par ces temps mouvementés. La France doit réformer avant 2025 la commercialisation de la production d’électricité nucléaire, cruciale pour maintenir des prix bas aux consommateurs et entreprises et pour la future rentabilité d’EDF. Elle devra aussi participer à la régulation du futur parc des six EPR 2 qui devront être construits ces prochaines décennies.

Nucléaire et énergies renouvelables

Plus globalement, elle a identifié en audition mercredi matin trois enjeux : «la sécurité d’approvisionnement et la souveraineté énergétique», la «protection des consommateurs et la compétitivité de nos entreprises» et «l’accélération de la transition écologique». «Pour atteindre tous ces objectifs, nous devons travailler sur la sobriété et l’efficacité, le développement des énergies renouvelables et sur l’appui sur le nucléaire», a-t-elle défendu.



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*