Liz Truss confortée dans les sondages malgré un premier volte-face


Liz Truss s’est vue confortée par les sondages mardi 2 août dans sa position de favorite pour succéder au premier ministre britannique Boris Johnson, malgré le tollé provoqué par l’annonce puis l’abandon d’une promesse de coupes massives dans les salaires des fonctionnaires.

Selon un sondage publié mardi par l’institut YouGov pour le journal The Times, la ministre de 47 ans a encore accru l’écart avec son rival Rishi Sunak. 60% des électeurs conservateurs sondés ces cinq derniers jours ont affirmé qu’ils voteraient pour elle, contre seulement 26% pour l’ancien ministre des Finances. Ces derniers chiffres contredisent un précédent sondage privé du quotidien britannique, qui donnait Liz Truss gagnante avec seulement cinq petits points d’avance sur M. Sunak plus tôt mardi.

Ce nouveau sondage très favorable pour la cheffe de la diplomatie intervient alors qu’elle a provoqué un tollé lundi soir en annonçant un plan de 8,8 milliards de livres (10,5 milliards d’euros) d’économies dans les salaires du secteur public, en les indexant sur le coût de la vie de chaque région. Certains conservateurs ont estimé que ces coupes rendraient plus pauvres les infirmières, les policiers ou encore les professeurs dans des régions déjà défavorisées.

Mardi matin, soit douze heures seulement après avoir annoncé son projet, Liz Truss est revenue en arrière en abandonnant l’idée, sa porte-parole dénonçant des «déformations délibérées» du plan. «Les niveaux actuels des salaires du secteur public seront absolument maintenus», a confirmé la porte-parole : «suggérer le contraire est faux». Le projet présenté lundi soir parlait bien de la création de «grilles de salaires régionales» hors de Londres. Selon l’équipe de campagne de Rishi Sunak, un tel projet entamerait les salaires de près de six millions de travailleurs du secteur public.

Si les conservateurs sont souvent favorables aux coupes dans les services publics, ils ont remporté les législatives de 2019 avec la promesse de «niveler par le haut» au profit des régions défavorisées, notamment du nord de l’Angleterre, où ils ont enregistré de spectaculaires progrès électoraux. Les membres du parti conservateur commencent à voter cette semaine pour élire celui ou celle qui remplacera Boris Johnson, qui a démissionné début juillet après une série de scandales. Ce vote a lieu jusqu’au 2 septembre par correspondance. L’annonce du résultat est attendue pour le 5 septembre. Liz Truss a reçu ces derniers jours les soutiens de plusieurs figures de son parti et celui mardi du Daily Telegraph, un quotidien influent auprès de l’électorat conservateur.



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*