victime de harcèlement par les antivax, une médecin autrichienne met fin à ses jours


Depuis le début de l’épidémie, Lisa-Marie Kellermayr intervenait régulièrement sur les plateaux télévisés autrichiens pour appeler la population à se faire vacciner. Une position qui lui a valu d’être la cible de menaces sur les réseaux sociaux.

L’Autriche est sous le choc après le suicide de Lisa-Marie Kellermayr, une médecin retrouvée morte dans son bureau situé dans la région de la Haute-Autriche, vendredi 29 juillet. Dans une lettre, trouvée à côté de sa dépouille, elle justifie son acte par un épuisement psychologique et physique face au déferlement de haine dont elle était victime sur les réseaux sociaux.

Connue du grand public depuis le début de la crise du Covid-19, Lisa-Marie Kellermayr intervenait régulièrement sur les plateaux télévisés autrichiens pour appeler la population à se faire vacciner. Ses prises de position en faveur de la vaccination contre le Covid-19, qu’elle estimait nécessaire pour éviter toute forme grave de la maladie, lui ont valu d’être la cible des antivax et des adeptes de théories conspirationnistes, selon Reuters.

À VOIR AUSSI – Covid-19: l’Autriche abandonne sa politique de vaccination obligatoire

Un harcèlement condamné par les autorités

Une intense vague de harcèlement l’avait ainsi contrainte à fermer son cabinet de consultations «jusqu’à nouvel ordre», relate TF1 Info . «Les conditions de travail que nous avons connues ces derniers mois ne peuvent être attendues de personne, avait-elle écrit sur son site Web», rapporte le média français. Effrayée par des menaces de mort, Lisa-Marie Kellermayr avait dû débourser entre 8000 et 10.000 euros pour engager des agents chargés d’assurer sa sécurité.

Après l’annonce de la mort de la médecin, les autorités autrichiennes ont vivement réagi. Le président Alexander Van der Bellan a condamné les faits dans une série de tweets et a appelé ses compatriotes à la raison : «Mettons fin à ces propos alarmistes et à ces tentatives d’intimidation. La haine et l’intolérance n’ont pas leur place en Autriche ». Il a également pointé du doigt les personnes qui «lui ont fait peur, l’ont menacée, d’abord sur Internet, et ensuite en personne, se rendant directement dans son cabinet».

Une vague d’émotions dans le pays

La ministre de la santé Johannes Rauch lui a également rendu hommage sur Twitter : «Elle a consacré sa vie à la santé et au bien-être d’autrui. Menaces de mort contre elle et son employé étaient une réalité brutale. La haine contre les gens est inexcusable. Cette haine doit cesser». Le décès de Lisa-Marie Kellermayr a créé une vague d’émotions dans le pays, où plusieurs veillées vont être organisées à Vienne et à Linz ce lundi 1er août.

Le gouvernement autrichien avait annoncé le 23 juin dernier, l’abandon total de sa politique de vaccination obligatoire contre le Covid-19, après l’avoir déjà suspendue en mars un mois à peine après son entrée en vigueur. Des dizaines de milliers de personnes avaient manifesté dans les rues du pays contre cette mesure.


À VOIR AUSSI – États-Unis: à nouveau positif au Covid-19, Joe Biden assure que «tout va bien»



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*