hausse des incendies en Amazonie en juillet


Le nombre de feux de forêt dans l’Amazonie brésilienne a augmenté de 8% en juillet par rapport au même mois de l’année dernière, selon les données officielles publiées lundi 1er août.

Les satellites de l’Institut national de recherche spatiale (INPE) ont détecté 5373 foyers d’incendie en Amazonie le mois dernier, contre 4977 en juillet 2021. Ce chiffre est légèrement plus élevé que celui de 2019 (5318), mais beaucoup moins que celui de 2020 (6803), pour ce mois propice aux incendies, au début de la saison sèche.

«C’est seulement le début de l’été amazonien»

Depuis le début de l’année, 12.906 foyers d’incendie ont été détectés, une augmentation de 13% par rapport aux sept premiers mois de l’année dernière. «C’est seulement le début de l’été amazonien, la saison la moins humide, avec le moins de pluie, où les incendies de forêt criminels explosent (…) pour brûler des zones déboisées récemment, et dégradées par ceux qui pratiquement l’extraction illégale de bois, par exemple», explique Romulo Batista, de l’antenne brésilienne de Greenpeace. «Au-delà de détruire la biodiversité, cela affecte la santé de la population locale, en raison des fumées», précise-t-il.

Les mois les plus dévastateurs en termes de feux de forêt en Amazonie sont habituellement août et septembre. Greenpeace a diffusé des photos aériennes de feux de forêts impressionnants observés lors d’un survol de l’État amazonien de Rondonia (nord) la semaine dernière. Le Brésil a enregistré une déforestation record au premier semestre, avec près de 4000 km2 déboisés, du jamais vu depuis le début des relevés du Système de détection de la déforestation en temps réel (Deter), en 2016. Cela représente une hausse de 10,6% par rapport à l’an dernier sur la même période.

Le président d’extrême droite Jair Bolsonaro, qui va briguer un second mandat lors de l’élection d’octobre, est régulièrement critiqué pour sa politique environnementale. Les écologistes l’accusent d’encourager la déforestation en défendant l’exploitation minière et agricole en Amazonie – y compris dans des zones protégées, comme les réserves indigènes – et en affaiblissant les organismes de contrôle environnementaux. Les chiffres officiels montrent que depuis son arrivée au pouvoir, en janvier 2019, la déforestation annuelle moyenne en Amazonie a augmenté de 75% en comparaison avec la décennie précédente.



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*