ce que l’on sait du « comité de veille et d’anticipation des risques sanitaires » qui va succéder au Conseil scientifique à partir du mois d’août



C’est la fin du Conseil scientifique. L’organisme présidé par le professeur Jean-François Delfraissy, qui a accompagné les Français pendant plus de deux ans pour suivre l’évolution de la pandémie de Covid-19, est dissous à partir du dimanche 31 juillet. Il cède sa place à un « comité de veille et d’anticipation des risques sanitaires ». La nouvelle autorité scientifique a été officiellement créée par un décret paru dans le Journal officiel du 31 juillet, où est promulguée la nouvelle loi sanitaire, votée fin juillet par le Parlement. Franceinfo résume ce que l’on sait de ce nouveau comité. 

Les 19 membres seront connus « dans les prochains jours »

Le comité sera composé de 19 membres, dont les noms seront « communiqués dans les prochains jours », a précisé le cabinet du ministre de la Santé François Braun à l’AFP. Si certains membres du Conseil scientifique pourraient faire partie du nouveau comité, ce ne sera pas le cas du professeur Jean-François Delfraissy, qui rend son tablier. Il poursuivra sa mission de président du Comité consultatif national d’éthique. 

Le nouveau comité sera présidé par une personnalité qualifiée, désignée par les ministres de la Santé et de la Recherche, et composé, dans le détail, de « 16 personnalités scientifiques ou professionnels de santé, d’un représentant des patients, d’un représentant des citoyens », précise le décret.

« En cas de crise sanitaire », son président pourra « proposer de faire appel à des personnalités supplémentaires pour leurs expertises spécifiques », avance le texte. Les membres du comité seront nommés « pour une durée de deux ans, renouvelable une fois » par arrêté ministériel.

Ses missions dépasseront le suivi de la seule pandémie de Covid-19

Le ministre de la Santé, François Braun, a déclaré le 27 juillet sur franceinfo que le comité serait « un peu une équipe commando de scientifiques de très haut niveau » et qu’il serait « indépendant, transparent dans ses avis et extrêmement réactif ».

Contrairement à son prédécesseur, ce nouveau comité de veille sanitaire ne s’intéressera pas seulement au suivi de la pandémie de Covid-19, « vu les risques d’émergence d’autres virus », a souligné le ministre de la Santé. 

« On aura de nouveaux outils, mais on sera surpris par un nouveau virus qui aura d’autres propriétés », a également jugé le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, dans un entretien au Parisien (réservé aux abonnés). Avec « des spécialistes de santé humaine, animale, et de l’environnement », le comité permettra « une approche plus large », a-t-il ajouté. 

Il rendra des recommandations lors de situations de crise sanitaire

Plus concrètement, ce nouveau comité de veille sanitaire sera chargé, comme son prédécesseur, de rendre des recommandations, publiques, dans différentes situations. D’abord, « lorsqu’une projection fait apparaître un risque sanitaire », précise le décret. Il pourra aussi se prononcer au sujet « des mesures envisagées par les autorités publiques afin de lutter contre une crise sanitaire ».

Par ailleurs, l’autorité pourra rendre des avis sur la stratégie vaccinale mise en œuvre, dans des situations de crise sanitaire qu’elle aurait identifiées. Fondé auprès des ministres de la Santé et de la Recherche, il pourra être saisi par l’un d’entre eux ou s’auto-saisir. 





Notre partenaire : 24h Actu

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*