vers une 4e dose pour tous pour freiner la reprise épidémique?



La pandémie, en pleine reprise avec la diminution du respect des gestes barrières et la propagation du variant BA.5, pose la question de l’élargissement du 2e rappel vaccinal.

Va-t-il falloir en passer par une 4e dose de vaccin? Alors que le deuxième rappel vaccinal est ouvert pour les plus de 60 ans et les personnes immunodéprimées depuis le mois d’avril et que l’épidémie connaît actuellement un rebond, la question resurgit d’ouvrir cette vaccination à l’ensemble de la population, du moins adulte. Les médecins se montrent cependant divisés.

Inquiet face aux chiffres de regain de la pandémie, le chef de service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Tenon à Paris Gilles Pialoux a appelé l’ensemble de la population à « ne pas attendre qu’il y ait des contraintes » pour porter à nouveau le masque et prendre rendez-vous pour une dose de rappel du vaccin, vendredi sur BFMTV.

« L’hiver prochain risque d’être difficile »

De fait, tous les indicateurs sont au rouge. 79.262 nouveaux cas ont été enregistrés en 24 heures ce dimanche et le taux d’incidence connaît un bond de 41% pour se situer désormais à 565 cas pour 100.000 habitants.

« Ce qu’on note à l’hôpital, c’est qu’on a, selon les derniers chiffres, plus de 37% de patients admis à l’hôpital et plus de 18% admis en réanimation », alerte sur BFMTV Olfa Hamzaoui, médecin réanimateur au CHU Antoine-Béclère de Clamart, dans les Hauts-de-Seine.

Avec la propagation de BA.5, un variant Omicron particulièrement contagieux, la circulation du virus est importante, d’autant que la date du dernier vaccin s’éloigne pour de nombreux Français.

« L’immunité acquise après la vaccination diminue progressivement et cela va bien sûr favoriser la circulation du virus », souligne la médecin.

« L’hiver prochain risque d’être difficile », met en garde de son côté, sur BFMTV, Rémi Salomon, président de la commission médicale de l’AP-HP.

Vacciner en priorité les plus fragiles

Faut-il donc tous aller faire son deuxième rappel vaccinal? Les autorités sanitaires se montrent en réalité plutôt mesurées sur le sujet.

« Recommander une seconde dose de rappel à toute la population ne va pas fondamentalement changer le cours de l’épidémie », estime la professeure Élisabeth Bouvet, de la Haute Autorité de Santé (HAS) dans La Dépêche.

Pour Rémi Salomon, vacciner l’ensemble de la population n’apparaît pas comme une urgence.

« Il faut dès maintenant vacciner en priorité et pour le moment essentiellement les personnes de plus de 60 ans », estime-t-il.

« Il faut y aller par étapes, aujourd’hui la priorité ce sont les plus fragiles, pour les autres on verra après l’été », recommande-t-il.

De nouveaux vaccins à l’automne

Même son de cloche du côté de l’épidémiologiste et biostatisticienne Catherine Hill qui s’inquiète surtout de voir qu’encore aujourd’hui « il y a 11% des personnes âgées de 80 ans et plus qui ne sont pas du tout vaccinées ».

« Il faut aller les vacciner chez eux, je ne sais pas ce qu’on attend », s’inquiète-t-elle sur BFMTV.

Face à la virulence des nouveaux variants, le professeur Rémi Salomon rappelle par ailleurs que de nouvelles alternatives sont en cours de conception et attendues à l’automne.

« On attend des vaccins plus efficaces puisque le variant devient plus résistant aux vaccins disponibles actuellement », suggérant que la généralisation de la 4e dose pourrait s’avérer plus pertinente à ce moment là.

Jusqu’à présent, seulement un quart de la population a reçu un deuxième rappel vaccinal sur l’ensemble de la population éligible, soit environ 2 millions de personnes sur 8,7 millions.



Notre partenaire : 24h Actu

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*