sur Twitch, les soignants alertent sur la crise des urgences



Ils alertent avant un été qui s’annonce rude. Les services d’urgences français sont en grande difficulté : 127 d’entre eux se trouvent même en grande difficulté, selon une liste du syndicat Samu-Urgences de France (SUdF). Alors que les prochaines semaines s’annoncent tendues dans le milieu hospitalier, Patrick Pelloux, président de l’Association des médecins urgentistes de France, était notre invité à l’occasion d’un live animé par Nacer Boubekeur sur la chaîne Twitch de franceinfo, mercredi 22 juin à 18h.

Afin de discuter de la situation actuelle et d’évoquer les solutions, franceinfo a proposé à des soignants et urgentistes d’intervenir sur Discord. 

Caroline Brémeaut, cheffe des urgences de Laval, déplore que face au manque de moyens « on (les soignants, ndlr) devient maltraitant et cela provoque la fuite des soignants« . 

La soignante prend alors l’exemple d’une dame âgée de 95 ans qui a attendu 36 heures sur un brancard avant d’être prise en charge : « C’est une perte de sens pour tout le monde. Les soignants n’ont pas envie de cautionner ça (…) Il y en a marre que personne ne dise rien, il faut qu’on réagisse fortement« , lance-t-elle. 

Journaliste spécialisée santé pour franceinfo.fr, Florence Morel a également pris la parole sur le Discord. Elle s’interroge sur la « désertification du privé, notamment les maternités privées » et sur « ces soins, comme les accouchements, qui ne sont pas attractifs et rémunérateurs« . 

Patrick Pelloux, président de l’association des médecins urgentistes de France, appuie son propos : « Ces pauvres petits arrivent dans un monde qui est déjà cruel pour eux. Si vous prenez les Ehpad, c’est la même chose. Sur les extrêmes de la vie, qui sont ce qui coûtent le plus cher, il y a un mépris des autorités. »

Mais que faire face à cette crise globale de l’hôpital public ? Le président de l’association des médecins urgentistes de France pointe la problématique financière. Pour lui, « il faut obligatoirement que les taxes sur les transactions financières et les Gafam filent du pognon pour l’assurance maladie« , préconise Patrick Pelloux.

De son côté, Arnaud Chiche, président du collectif « Santé en danger » a pris la parole sur Discord. Il souhaite « un plan sur le travail de nuit, tout en reconnaissant la pénibilité des métiers« . Pour lui, il faut également miser sur l’encadrement des jeunes en rétablissant les tuteurs de stage pour les infirmiers. « Au vu des cadences de travail actuelles, les soignants en place ne peuvent pas garantir l’efficacité des soins et l’efficacité de l’encadrement des jeunes », conclut-il.

Retrouvez l’intégralité du live sur la chaîne Twitch de franceinfo.





Notre partenaire : 24h Actu

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*