12 mois à 10 ans de prison pour les membres du réseau Caliweed


«Une marque», «une véritable entreprise» devenue «numéro un» de la vente de cannabis en Ile-de-France : vingt membres du réseau baptisé Caliweed ont été condamnés jeudi 23 juin à Créteil à des peines de 12 mois à 10 ans d’emprisonnement.

À VOIR AUSSI – Thaïlande: 200 kg de drogue cachés dans une réplique de statue de l’île de Pâques

Un détenu considéré comme le chef du réseau s’est vu infliger dix ans de prison ferme: Djamel S., alias «Zinzin», 36 ans, incarcéré depuis 2018 pour trafic de stupéfiants. Il était soupçonné d’avoir «organisé, créé et développé» Caliweed depuis sa cellule, lui qui, en récidive, a multiplié depuis ses 18 ans les allers-retours en prison.

Organisation de «l’ordre du démentiel»

La recette de ce réseau? Des menus disponibles sur WhatsApp, du cannabis importé d’Espagne ou de Californie et emballé dans de «jolies boîtes» estampillées «Caliweed» ou «Haribeuh», des «goodies» (T-shirts, «space cakes», sucettes…) offerts à chaque commande, et livrés en toute discrétion. Pour commander une de ces fameuses boîtes – à 60 euros pour 3,5 g de cannabis – une demande sur Snapchat – dont les messages sont éphémères – suffit. Opérationnel dans les huit départements d’Ile-de-France, cette «start-up» a réalisé selon le parquet un chiffre d’affaires estimé «entre deux et cinq millions d’euros» en six mois d’activité.

Lors de ses réquisitions, la procureure avait évoqué «une organisation de l’ordre du démentiel», réclamant des peines de plusieurs années d’emprisonnement pour les 20 membres supposés du réseau, qui, début 2019, avait réussi à «inonder toute l’Ile-de-France avec ses boîtes» en quelques mois, grâce à un marketing innovant. Huit ont été condamnés à des peines égales ou supérieures à deux ans de prison ferme. Tous devront régler des amendes de plusieurs milliers d’euros.

«Ce sont les plus lourdes réquisitions que j’aie jamais entendues dans un dossier de stup à Créteil!», avait tonné jeudi matin Me Julien Dubs, avocat de Djamel S. Un traitement «aberrant, comparé à d’autres affaires où l’on parle de »centaines de kilos de cocaïne«, a insisté Me Dubs.

«Inonder toute l’Ile-de-France»

Deux prévenus ont reconnu »Zinzin« comme »le chef« de l’opération, dont sa soeur, condamnée à deux ans de prison avec sursis pour avoir confectionné les gâteaux au cannabis offerts avec les commandes d’herbe – qu’elle décorait soigneusement selon ses dires »comme (le célèbre pâtissier) Cyril Lignac«. Mais »il ne la gère pas tout seul« depuis sa cellule, avait-elle dit aux enquêteurs.

Les avocats de la défense avaient eux, estimé, qu’il n’y avait pas assez d’éléments à charge pour désigner »Zinzin«– auxiliaire en prison – comme le chef de Caliweed. »Est-ce que c’est le pire homme que vous ayez eu à juger« pour »le pire trafic de stupéfiant que vous ayez vu ?«, avait demandé Me Dubs, appelant à juger son client, qui menace de »se laisser mourir« en prison, avec »humanité ». Selon différents protagonistes au procès, Caliweed, qu’on croyait démantelé, perdure, profitant de la discrétion offerte par les réseaux sociaux pour poursuivre ses opérations.


À VOIR AUSSI – Des familles de victimes demandent des actions à Snapchat contre le fléau du trafic de drogue en ligne



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*