Von der Leyen appelle les 27 à être «à la hauteur»


La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a appelé mercredi 22 juin les dirigeants européens à «se montrer à la hauteur» en accordant à l’Ukraine et à la Moldavie le statut de candidat à l’UE lors de leur sommet jeudi.

L’exécutif européen a rendu la semaine dernière un avis positif sur l’octroi à l’Ukraine et à la Moldavie de ce statut, l’assortissant de conditions sur la poursuite de réformes, ce qui ouvrirait la voie à un long processus vers l’adhésion. La Géorgie, qui aspire également à rejoindre l’UE, devra quant à elle encore mener des réformes avant d’obtenir le statut de candidat, selon l’avis de la Commission.

À VOIR AUSSI – Candidature de l’Ukraine: «Consensus total» de l’UE avant un sommet crucial, affirme Clément Beaune

Un «travail important reste à faire»

«Il revient maintenant au Conseil européen de prendre une décision, et de se montrer à la hauteur de la responsabilité historique qui nous incombe», a déclaré Ursula von der Leyen devant le Parlement européen à Bruxelles. «L’Ukraine a prouvé, et ce dès avant la guerre, qu’elle est sur la bonne voie. Ces dernières années, elle conduit en peu de temps plus de réformes qu’au cours des dernières décennies. Grâce à l’accord d’association de 2016, elle a déjà mis en œuvre environ 70% des règles, normes et standards de l’UE», a affirmé la cheffe de l’exécutif européen.

Elle a ajouté qu’un «travail important reste à faire» en matière de lutte contre la corruption et contre «l’influence excessive des oligarques sur l’économie». «L’histoire de notre Union est l’histoire de jeunes démocraties qui se renforcent en s’associant (…) C’est une histoire dont le prochain chapitre est écrit aujourd’hui par le courageux peuple ukrainien, et par nous tous, qui devons l’accompagner sur la voie de l’Europe. Une fois de plus, l’Europe se trouve à un moment crucial. Soyons à la hauteur», a-t-elle exhorté. «Je crois et j’espère que nous serons capables de dégager dès ce sommet européen un consensus pour donner un signal attendu, celui de l’octroi d’une candidature qui n’est pas confondue avec une adhésion immédiate», a indiqué le ministre français délégué à l’Europe Clément Beaune dans le même hémicycle.

À propos des Balkans occidentaux, dont les dirigeants participeront jeudi matin à un sommet avec les 27 avant le Conseil européen, le Français, dont le pays exerce la présidence semestrielle de l’UE, a souligné que «l’adhésion la plus rapide possible» de ces pays était «nécessaire». «Mais l’adhésion aux valeurs de l’UE, l’alignement sur nos politiques de sanctions en particulier, est indispensable», a-t-il prévenu, en référence à la Serbie, pays candidat à l’Union mais qui ne s’est pas joint aux sanctions décidées par les Vingt-Sept contre la Russie en raison de son offensive contre l’Ukraine.


À VOIR AUSSI – Zelensky affirme que «l’avenir de l’Europe unie» se joue sur la candidature de l’Ukraine à l’UE



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*