Moscou accuse Berlin d’«hystérie russophobe» en commémorant l’invasion nazie


La Russie, qui commémore mercredi 22 juin l’invasion de l’URSS par les Nazis en 1941, a accusé l’Allemagne d’alimenter aujourd’hui une «hystérie russophobe», dans un contexte de vives tensions entre Moscou et Berlin liées à l’Ukraine.

«Berlin, par ses paroles et ses actes, menace les résultats des efforts fournis depuis des décennies par la Russie et l’Allemagne pour surmonter l’inimitié (…) après la guerre», a déclaré la diplomatie russe dans un communiqué publié à l’occasion des commémorations, accusant notamment des membres du gouvernement allemand de «mener des attaques quotidiennes qui alimentent l’hystérie russophobe». Ces déclarations interviennent alors que Moscou marque mercredi le début de l’invasion de l’Union soviétique par les troupes du Troisième Reich en 1941, dans le cadre de l’opération Barbarossa. En Russie, le 22 juin est commémoré comme «le jour du souvenir et du chagrin».

À VOIR AUSSI – Guerre en Ukraine: Vladimir Poutine «fier» de l’action de l’armée russe

Initialement prise au dépourvu notamment parce qu’elle avait signé deux ans plus tôt un pacte de non-agression avec l’Allemagne nazie, l’URSS est parvenue, au prix de grands sacrifices humains, à repousser l’invasion après un coup d’arrêt à Stalingrad, théâtre d’une sanglante bataille en 1942-1943. Friand de parallèles historiques, le président russe Vladimir Poutine a plusieurs fois comparé l’offensive que mène actuellement Moscou en Ukraine à la lutte contre les Nazis lors de la «Grande guerre patriotique». Le conflit en Ukraine a fortement tendu les relations entre la Russie et les pays occidentaux, dont l’Allemagne, qui ont frappé Moscou de lourdes sanctions économiques. La Russie, de son côté, a annoncé ces derniers jours une forte réduction des quantités de gaz livrées à l’Europe, notamment via le gazoduc Nord Stream, l’Allemagne dénonçant une «attaque» visant à «semer le chaos».

Dans ce contexte de vives tensions, Berlin a aussi annoncé une forte augmentation de ses dépenses militaires et fourni à l’Ukraine des canons automoteurs Panzerhaubitze 2000, dont les premiers exemplaires sont arrivés cette semaine. «Tout cela rappelle les périodes les plus amères dans les relations russo-allemandes, y compris les événements qui ont précédé mai 1945», date de défaite de l’Allemagne nazie, a déclaré la diplomatie russe dans son communiqué. «Bientôt, les images des équipements allemands détruits dans les champs d’Ukraine commenceront probablement à apparaître (…) certains en Russie comme en Allemagne établiront certainement des parallèles historiques que nos deux pays peuvent comprendre», a-t-il ajouté.


À VOIR AUSSI – «La Russie ira jusqu’au mur de Berlin»: Zelensky avertit l’Europe si l’Ukraine tombe



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*