« Les pouvoirs publics n’ont absolument pas anticipé cette catastrophe sanitaire », dénonce le maire EELV de Bordeaux Pierre Hurmic


Le maire de Bordeaux estime que « la sonnette d’alarme est tirée depuis des années » et que rien n’a été anticipé pour faire face à cette « catastrophe sanitaire ».

Article rédigé par


Publié

Temps de lecture : 1 min.

« Les pouvoirs publics n’ont absolument pas anticipé cette catastrophe sanitaire« , dénonce vendredi 19 mai sur franceinfo Pierre Hurmic, maire EELV de Bordeaux. Depuis mercredi, les urgences adultes de l’hôpital Pellegrin de Bordeaux sont passées « en mode degradé » à cause d’un manque de personnel. Désormais, elles n’accueilleront la nuit que les patients ayant été préalablement orientés le Samu.

>> On vous explique pourquoi autant de services d’urgences sont obligés de fermer avant l’été

Une situation qui ne concerne pas seulement le CHU de Bordeaux, tient à rappeler Pierre Hurmic. « Ce n’est pas seulement le système des urgences qui au niveau national s’avère de plus en plus défaillant, mais c’est même notre système de soins qui est en crise« . L’élu raconte avoir eu des échanges avec des professionnels, notamment des urgentistes, très remontés « parce que ça fait des années qu’ils alertent le gouvernement sur ces difficultés tout à fait prévisibles, ces carences de notre système de soins« .

Le maire de Bordeaux estime « que le système est défaillant » notamment parce que « nous n’avons pas formé suffisament de médecins urgentistes ces dernières années« . Pierre Hurmic prend l’exemple de CHU de Bordeaux. « L’accès aux urgences adultes a vu sa fréquentation augmenter de 50% en deux ans et ce à moyens humains constants. Il y a 20 médecins urgentistes, il en faudrait pratiquement le double« .

« La sonnette a été tirée il y a maintenant des années »

Pierre Hurmic, maire de Bordeaux

à franceinfo

En 2020, le gouvernement a lancé le Ségur de la santé pour tenter d’apporter des réponse à la crise de l’hôpital. « Mais selon les échos que j’ai, la montagne a accouché d’une souris. Et ça n’a absolument pas été à la hauteur. La preuve avec les problèmes actuels de recrutements et les démissions« , dénonce Pierre Hurmic.

L’élu appelle « à entendre les médecins et les paramédicaux qui sont en souffrance, qui sont découragés, qui sont en sous-effectifs, qui sont sous-payés« .





Notre partenaire : 24h Actu

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*