Riga démantèle le dernier monument soviétique


Le conseil municipal de Riga a décidé vendredi 13 mai de démanteler un monument géant à la gloire de l’armée Rouge, dernier datant de l’ère soviétique et objet de controverses dans cette ancienne république de l’URSS.

Le conseil municipal a également chargé l’Agence des monuments municipaux d’organiser le démontage de ce monument de 79 mètres de hauteur. «Les travaux de démolition ne seront pas bon marché, car le monument est en béton armé et constitué de plusieurs sculptures géantes», a déclaré Martins Stakis, maire de Riga, lors des débats. Le monument a été construit entre 1979 et 1985 pour commémorer la victoire de l’armée soviétique sur l’Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale.

Chaque année, des milliers de Russes de Lettonie qui constituent environ 30% de la population se rassemblent le 9 mai pour commémorer la victoire sur l’Allemagne nazie en 1945. La plupart des Lettons perçoivent cette date comme le début d’une difficile occupation soviétique de près de 50 ans qui s’est achevée en 1991. Presque tous les monuments et plaques de l’ère soviétique, à l’exception de ceux situés dans les cimetières de soldats, ont été supprimés en 1991, le monument de Riga étant protégé par sur la base d’un traité de 1994 entre la République de Lettonie et la Fédération de Russie.

«Indignée»

Jeudi, le parlement letton a voté pour amender ce traité, ce qui a privé le monument de protection juridique. Dans un tweet, l’ambassade russe a Riga s’est dite jeudi «indignée» par ce pas «traître et injustifié qui n’a aucune base morale ou légale».

En 1997, un groupe de volontaires a tenté de démolir le monument à la dynamite mais l’explosion s’est déclenchée prématurément, tuant deux des volontaires. Plus tard, plusieurs pétitions ont atteint le seuil nécessaire de 10.000 signatures en faveur de la démolition, mais à chaque fois les autorités ont rejeté la proposition. Les débats sur le démantèlement ont repris immédiatement après l’attaque russe contre l’Ukraine, en particulier après la découverte de charniers à Boutcha.



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*