Renouvellement, réformes… Les Français sceptiques et divisés sur le «nouveau Macron »


SONDAGE – Alors que s’ouvre officiellement lundi prochain le nouveau quinquennat, Emmanuel Macron doit faire face à une opinion pessimiste quant à la concrétisation de sa volonté «transformatrice».

C’était pourtant une des ambitions d’Emmanuel Macron le 13 avril 2020, lors de l’allocution annonçant le calendrier du déconfinement : «Sachons, dans ce moment, sortir des sentiers battus, des idéologies, nous réinventer – et moi le premier.» Deux ans plus tard, et malgré une large réélection, l’opinion semble rester de marbre face à une telle promesse de renouvellement. Selon un sondage Odoxa BackBone-Consulting pour Le Figaro, 65% des Français considèrent que le président de la République n’a pas changé depuis 2017.

La même proportion estime aussi qu’Emmanuel Macron «n’a pas tiré les leçons de ses échecs et de ses erreurs». Étant donné que 72% prédisent que le chef de l’État ne modifiera pas sa façon de diriger, celui-ci veille au grain quant au choix de la future équipe gouvernementale. Laquelle devra notamment appliquer la «nouvelle méthode» promise lors de la campagne.

De la même manière, l’ADN réformatrice du président ne trouve pas beaucoup d’écho dans une opinion très divisée. Alors que le candidat avait fait de la réforme des retraites l’une des pièces maîtresses de son second quinquennat, seuls 50% des Français pensent qu’Emmanuel Macron parviendra à mettre en œuvre son projet. 49% pronostiquent qu’il ne pourra pas aller au bout de ses promesses. Un pessimisme encore plus fort quand il s’agit d’évoquer l’action du président pour améliorer le pouvoir d’achat (67% craignent qu’il ne le relancera pas) ou pour renforcer la sécurité (68% sont d’un avis contraire).

Macron jugé dynamique et courageux

Seuls points positifs pour Emmanuel Macron à l’orée de son nouveau mandat : ses traits d’image. Si le locataire de l’Élysée est considéré comme un bon président par 40% des Français, il est jugé dynamique par 65% de ses compatriotes, et courageux par 56% d’entre eux. Qualifié de brutal en début d’année par 59% de l’opinion – un taux renforcé par sa volonté d’«emmerder» les non-vaccinés» -, Emmanuel Macron ne l’est plus que pour 49%. Une part similaire loue aussi ses compétences à la tête du pays.

À un mois des législatives, moins de la majorité des Français (40%) prévoient enfin que l’Assemblée nationale soit un frein pour la politique du président de la République. Les oppositions dans la rue (53%) et de la société civile (45%) sont, elles, nettement plus redoutées. La crainte en quelque sorte d’un nouveau mouvement social, à l’instar de celui des «gilets jaunes» qui avait paralysé le pays pendant plusieurs mois.



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*