« Les pollens deviennent de plus en plus agressifs du fait du réchauffement climatique », prévient une pédiatre allergologue


C’est le retour du beau temps et des éternuements. Le printemps et les premières chaleurs favorisent le développement des pollens. Et c’est franchement difficile à vivre pour des millions allergiques. La situation ne va faire que s’empirer puisque selon Jocelyne Just, pédiatre allergologue et pneumologue à l’hôpital Trousseau à Paris interrogée jeudi 12 mai sur franceinfo, « les pollens deviennent de plus en plus agressifs du fait du réchauffement climatique »

franceinfo : Le réchauffement climatique favorise-t-il le développement des pollens ?

Jocelyne Just : Oui, il y a de plus en plus de Français touchés par l’allergie aux pollens parce que les pollens deviennent de plus en plus agressifs du fait du réchauffement climatique. La période pollinique est plus longue et les pics de pollens plus intenses. Ces pollens agressifs liés au réchauffement, mais également la mixture, pollens et pollution – parce que la pollution rend les pollens plus agressifs – , et donc à la fois le réchauffement, font que les pollens sont plus allergisants et que de plus en plus personnes sont allergiques.

C’est un phénomène avec lequel il va falloir s’adapter, composer, puisque évidemment, le réchauffement climatique et la pollution sont là malheureusement pour durer…

Actuellement, il y a 30% de personnes en France qui sont touchées par la rhinite allergique, quelle que soit la cause. L’OMS estime que si on ne fait rien par rapport au climat, 50% de la population sera allergique en 2050.

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes, c’est le nez qui coule clair comme de l’eau, des éternuements, une démangeaison au niveau du nez, des yeux qui sont rouges. Et puis, ça peut aller jusqu’à la toux, voire l’asthme.

Comment s’en sortir quand on est allergique aux pollens ? Qu’est-ce qu’on peut faire ?

Des petites mesures qui sont porter des lunettes pour protéger ses yeux, voire un masque, puisqu’on a vu qu’avec le Covid le fait d’avoir un masque chez les polliniques, diminue l’inhalation des pollens. Se laver les cheveux le soir pour ne pas que les pollens soient en contact avec vous toute la nuit. Ne pas, bien sûr, tondre le gazon, ne pas jouer dans la pelouse. Pour les enfants, ce sont des petites mesures. Et puis après, il y a des traitements symptomatiques. Les antihistaminiques, les gouttes dans les yeux, dans le nez. Des antiallergiques aux corticoïdes. Si c’est vraiment intense, c’est la désensibilisation.





Notre partenaire : 24h Actu

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*