le président Rajapaksa s’apprête à nommer un nouveau premier ministre


Après plusieurs jours de manifestations meurtrières, le président sri-lankais Gotabaya Rajapaksa devait nommer un nouveau premier ministre jeudi 12 mai, dans l’espoir de sauver l’économie du pays au bord d’un effondrement «irrémédiable» prédit par la Banque centrale, a déclaré à l’AFP un haut responsable.

À VOIR AUSSI – Au Sri Lanka, la police à l’ordre de tirer à vue pour contenir les manifestations

«La prestation de serment devrait avoir lieu aujourd’hui (jeudi), à moins qu’il n’y ait un contretemps de dernière minute», a déclaré ce haut-fonctionnaire proche du président. Ranil Wickremesinghe, 73 ans, est pressenti pour prendre les fonctions de premier ministre qu’il a déjà occupées à cinq reprises depuis 1993. Il devra former un «gouvernement d’union» bénéficiant du soutien de tous les partis siégeant au parlement comptant 225 députés.

Ranil Wickremesinghe

Durant sa première déclaration au pays depuis le début des manifestations, le président Rajapaksa, 72 ans, qui jouit de pouvoirs étendus et du commandement des forces armées, a promis mercredi soir la constitution d’un gouvernement d’unité dans les prochains jours. «Je vais nommer un premier ministre qui dirigera une majorité au parlement et inspirera la confiance au peuple», a-t-il affirmé, sans livrer le nom du successeur de l’ex-premier ministre, son frère Mahinda Rajapaksa, qui a démissionné lundi.

Le principal parti d’opposition, le SJB, avait été initialement invité à diriger un nouveau gouvernement, mais son chef Saith Premadasa se refuse à gouverner sous l’autorité du président dont il réclame la démission préalable. Toutefois, une douzaine de députés du SJB se sont engagés à soutenir Ranil Wickremesinghe, considéré comme un réformiste pro-occidental, partisan du libre-échange. Ce dernier est le seul député du Parti national uni (UNP) depuis sa déroute aux élections législatives d’août 2020. Mahinda Rajapaksa avait alors remporté une majorité des deux tiers à l’assemblée. Depuis le flux de défections subies en avril par le camp présidentiel, aucun groupe politique ne jouit d’une majorité absolue.

«Personne ne pourra la sauver»

Quelques heures avant l’allocution présidentielle, le gouverneur de la Banque centrale, Nandalal Weerasinghe, a averti que l’économie était en passe d’atteindre un point de non-retour. «S’il n’y a pas de gouvernement dans les deux prochains jours, l’économie s’effondrera et personne ne pourra la sauver», a-t-il prévenu. Des violences ont marqué cette semaine les manifestations anti-gouvernementales qui exigent depuis mars le départ du président. Elles ont fait neuf morts et plus de 225 blessés, selon la police.

Un couvre-feu, en vigueur sur tout le territoire depuis lundi, a été levé jeudi matin pour permettre à la population de sortir se ravitailler mais il sera de nouveau imposé dans l’après-midi. L’île de 22 millions d’habitants subit depuis des mois des pénuries de nourriture, de carburant et de médicaments. Le pays s’est déclaré le 12 avril en défaut de paiement sur sa dette extérieure évaluée à plus de 51 milliards de dollars et a, depuis, engagé des pourparlers avec le Fonds monétaire international (FMI) sur un éventuel renflouement.


À VOIR AUSSI – Au Sri Lanka, le président s’engage à renoncer à la plupart de ses pouvoirs exécutifs



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*