quinze trafiquants de drogue arrêtés


Un réseau très organisé a été démantelé la semaine dernière, menant à l’interpellation de trafiquants en France, en Espagne et à Dubaï.

Les forces de police judiciaire et des douanes sont sur tous les fronts pour tenter d’endiguer le «tsunami blanc» du trafic de cocaïne, qui frappe la France de plein fouet. Quinze personnes ont ainsi été interpellées jeudi et vendredi par l’Office antistupéfiants (Ofast), membres d’un réseau très élaboré, où la poudre blanche était coupée à du sucre. Six arrestations ont eu lieu en France, huit en Espagne grâce à un mandat d’arrêt européen, et une à Dubaï (Émirats arabes unis) à l’aide d’un mandat d’arrêt international, a appris Le Figaro de source judiciaire, confirmant les informations du Parisien . La plupart de ces individus sont très défavorablement connus des services de police, notamment pour des affaires concernant le trafic de stupéfiants, selon nos informations.

Ce trafic, qu’une source policière qualifie de «très organisé», a été découvert grâce à des informations de l’agence fédérale antidrogue américaine, la DEA. D’après Le Parisien, un conteneur a transité au port du Havre (Seine-Maritime) puis a été saisi à Thiais (Val-de-Marne) avec 22 tonnes de sucre dans 900 sacs: à l’intérieur, entre 300 et 800 kilos de cocaïne. Pour pouvoir être vendue, la drogue devait ensuite être séparée du sucre grâce au savoir-faire de chimistes colombiens, un procédé complexe et peu commun dans le milieu. Quatre d’entre eux auraient été arrêtés en Espagne.

Enquête ouverte depuis 6 mois

Les arrestations survenues la semaine dernière ont été effectuées dans le cadre d’une information judiciaire ouverte le 9 décembre 2021 des chefs d’«escroquerie en bande organisée, blanchiment en bande organisée, importation de marchandises prohibées en contrebande, détention en bande organisée de tabac et associations de malfaiteurs», confirme une source judiciaire. Cette information judiciaire a été reprise depuis février 2022 par la Juridiction nationale chargée de la lutte contre la criminalité organisée (Junalco) du parquet de Paris.

En 2021, l’État français, grâce au travail de l’Ofast et des douanes, a saisi pas moins de 23 tonnes de cocaïne, soit deux fois plus qu’en 2020. Si couper la cocaïne avec du sucre est tout sauf évident, nécessitant des chimistes pour les séparer, le procédé n’est pas nouveau. En 2016, au Kenya, 100 kilos de cocaïne avaient été dissimulés dans un conteneur de sucre. À la tête du réseau, un certain Jack Marrian, fils de l’aristocrate britannique Lady Emma Clare Campbell de Cawdor.



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*