Le masque novateur d’une start-up lyonnaise française fait un carton au CES de Las Vegas



C’était l’attraction du CES de Las Vegas, le salon mondial de l’électronique et des technologies : une start up lyonnaise y a présenté son masque de protection. Il ne laisse passer aucun virus et filtre aussi les bactéries et les particules fines dues à la pollution dans les villes. Conçu pour durer 4 ans, les premiers masques seront livrés en avril au Japon, en Corée et aux Etats-Unis. Ses concepteurs comptent implanter une unité de production à Vaulx-en-Velin, dans la banlieue de Lyon, dans un an et créer 150 emplois.

Vincent Gaston a conçu ce masque durable avec l’école d’ingénieurs de Lyon et un fabricant de lingerie sur une idée de son fils, baroudeur, sensible à la pollution des mégapoles et mort de la mucoviscidose. Les meilleurs labos l’ont testé et certifié.

« D’abord, il est 100% étanche. Et puis après, on a un système de filtration qui s’apparente plus à un appareil de purification de l’air qu’à un simple filtre, puisque on détruit notamment les composés organiques volatils, les virus et les bactéries. C’est donc un masque à la fois contre la pollution et contre les virus et bactéries, détaille Vincent Gaston. Il y a sûrement des masques qui sont efficaces, mais ils n’auront pas les propriétés antipollution du nôtre. »

Le masque n’est pas destiné au grand public explique de son côté Franck Glaizal, directeur général d’Airxôm, du moins dans un premier temps. « Les gens qui en ont vraiment besoin, ce sont avant tout les gens qui sont victimes de pathologies respiratoires ou les personnes immunodéprimées. Il s’adresse aussi à tous les gens qui vivent et travaillent dans des milieux à risque : le monde hospitalier, les forces de l’ordre, le SAMU, les pompiers et enfin, tous les gens qui veulent se protéger dans la vie de tous les jours, liste le directeur. Comme le métro tôt le matin, lorsqu’il est bondé ou dans les transports internationaux. C’est dans les avions et dans les aéroports que se passent beaucoup de contaminations. C’est un masque qui protège de tout. »

Deux bémols tout de même de ce masque « 100% efficace » comme le promet son créateur : son poids d’abord, 130 grammes, et son prix : 300 euros, rédhibitoire pour les particuliers. « Je ne suis pas sûr qu’il soit amorti » dit un lyonnais, qui espère que la crise sanitaire se calme. « J’espère qu’on ne va pas rester éternellement avec des masques, même s’il y a de la pollution ou quoi en dehors du virus, abonde une autre habitante. Donc, ce n’est pas quelque chose que j’envisagerais, même si c’est remboursé par la Sécurité sociale. »





Notre partenaire : 24h Actu

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*