Tréfimétaux prévoit 119 suppressions de postes dans les Ardennes


Le fabricant de tubes en cuivre Tréfimétaux a annoncé un «projet de réorganisation industrielle du site de Fromelennes (Ardennes), qui prévoirait 119 licenciements», a rapporté vendredi à l’AFP son directeur administratif et financier Philippe Carel.

Filiale à 100% du groupe multinational d’origine italienne KME, spécialisé dans la fabrication de produits en cuivre, Tréfimétaux emploie actuellement 294 personnes en France, dont près de 260 sur son site ardennais.

Selon le projet présenté jeudi aux syndicats, l’usine ne conserverait que sa fonderie et cesserait ses activités liées à la production de tubes en cuivres, destinés principalement à servir de canalisations pour le bâtiment.

Tréfimétaux justifie cette réorganisation par ses difficultés économiques, avec des «résultats extrêmement négatifs de près de 11 millions d’euros de perte par an ces dernières années», selon Philippe Carel.

Colère du député local

Il pointe en particulier du doigt des pertes de parts de marché et la forte hausse du prix de sa matière première: «De plus en plus de nos clients abandonnent le tube de cuivre pour des matériaux comme le PVC, le PEX ou le multicouches».

Le député des Ardennes Pierre Cordier (LR) a fait part vendredi à l’AFP de sa «colère froide» face à «un drame humain pour les salariés concernés et leurs familles». Il évoque aussi «un nouveau coup dur pour l’emploi dans la vallée de la Meuse», «à l’heure où l’on parle de réindustrialisation de la France».

Le député garde en mémoire le plan de relocalisation des Cycles Mercier, qui a avorté en juillet dernier alors qu’il prévoyait de créer près de 270 emplois. Tréfimétaux organisera le 25 janvier une nouvelle réunion avec les syndicats pour «présenter tout l’argumentaire économique et l’ensemble des mesures sociales envisagées», précise Philippe Carel.



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*