nouvelle plainte dans l’affaire de la fillette blessée en marge d’affrontements


La famille de la fillette grièvement blessée en avril 2020 à Chanteloup-les-Vignes (Yvelines) en marge d’affrontements entre jeunes et policiers a récemment déposé une plainte avec constitution de partie civile, a indiqué le parquet de Versailles, sollicité par l’AFP.

Cette nouvelle plainte permet la saisie quasi automatique d’un juge d’instruction, l’enquête préliminaire ayant été classée sans suite en avril 2021, selon Le Parisien. Les investigations avaient été confiées à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) pour déterminer les conditions d’usage des armes de défense des forces de l’ordre.

Un classement sans suite «scandaleux»

Une fin de samedi après-midi d’avril 2020, une petite fille de 5 ans est grièvement blessée au moment même où des jeunes affrontent la police dans le quartier sensible de La Noé, à Chanteloup-les-Vignes. Intervenus pour contrôler un motard roulant sur un véhicule signalé comme volé, les policiers sont pris à partie par une cinquantaine de personnes qui leur jettent des projectiles divers. Les forces de l’ordre répliquent par des tirs de LBD ainsi que des grenades lacrymogènes.

À VOIR AUSSI – Violence urbaine et légalisation du cannabis : le point de vue de Guillaume Roquette

Lors de ces heurts, une fillette est touchée à la tête par un projectile non identifié. Elle est transférée en urgence à l’hôpital Necker à Paris puis opérée. D’après sa mère, c’est un tir de lanceur de balles de défense (LBD) qui a blessé la fillette. Le classement sans suite est «scandaleux», estime l’avocat de la famille de la fillette Me Yassine Bouzrou auprès de l’AFP. Le conseil déplore qu’un ADN masculin, découvert sur un projectile ramassé par les parents sur les lieux où la fillette a été blessée, n’ait pas été analysé lors de l’enquête finalement classée.

L’avocat demande un dépaysement de l’enquête. Sollicitée par l’AFP, la procureure de Versailles a indiqué ne pas souhaiter faire de commentaire supplémentaire «autre que celui de constater que la famille fait usage d’un droit qui lui est offert par la loi».



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*