les hospitalisations des enfants et adolescents en forte hausse


Santé Publique France note dans son dernier rapport une augmentation importante du nombre de moins de 18 ans hospitalisés et en soins critiques, une hausse qui « touche principalement les nourrissons de moins d’un an ».

Les enfants, perçus comme peu touchés par l’épidémie depuis le début de sa propagation, subissent eux aussi le raz-de-marée Omicron. Le nombre d’enfants et d’adolescents admis à l’hôpital, et même en soins critiques, n’a jamais été aussi élevé depuis le début de la pandémie, comme le souligne un rapport de Santé Publique France publié jeudi.

« Dans les vagues précédentes il n’y avait que très peu d’enfants atteints alors que maintenant on a des enfants atteints du Covid, et atteints de manière assez grave, sans comorbidité, sans maladie pour certains », témoignait début janvier sur BFM Marseille, Jean-Luc Jouve, président de la commission médicale d’établissement de l’AP-HM.

Les moins d’un an particulièrement touchés

« Comme chez les adultes, les hospitalisations en soins conventionnels et en soins critiques augmentent chez les 0-17 ans depuis début décembre 2021. Cette augmentation touche principalement les nourrissons de moins d’un an », écrit SPF.

On observe en effet une importante poussée des hospitalisations depuis le mois de décembre. Actuellement, selon le portail de données Géodes, 418 enfants de 0 à 9 ans sont hospitalisés pour Covid-19, dont 74 en réanimation. Le nombre d’enfants de moins de 10 ans en réanimation a, par comparaison, à peine dépassé les 10 courant 2021, du moins jusqu’en novembre.

Cas pédiatriques nouvellement hospitalisés pour COVID-19 en service de soins critiques en France du 01/01/2021 au 09/01/2022
Cas pédiatriques nouvellement hospitalisés pour COVID-19 en service de soins critiques en France du 01/01/2021 au 09/01/2022 © Santé Publique France

Ce sont les bébés qui sont le plus représentés dans ces hospitalisations pédiatriques, une part qui augmente depuis octobre. La part des hospitalisations des moins d’un an est ainsi passée « à 56 % du total des cas pédiatriques alors qu’elle était de 14 % » de juin à octobre, explique SPF. Sur les mêmes périodes, « la part des hospitalisations en soins critiques des moins de deux ans passe à 30 % du total des cas pédiatriques admis en soins critiques, alors qu’elle était de 5 % ».

Alors que plusieurs cas de nouveau-nés infectés ont été signalés, Santé Publique France rappelle « la gravité potentielle d’une infection au SARS-CoV-2 de la mère pendant la grossesse et le péripartum » et souligne « l’importance de rappeler les mesures de prévention pendant la grossesse: la vaccination demeure fortement recommandée ainsi que l’application stricte des mesures barrière ».

Les moins de 5 ans sont en effet, pour le moment, la seule tranche d’âge pour qui la vaccination n’a pas été ouverte.

Cas pédiatriques nouvellement hospitalisés pour COVID-19 en France du 01/01/2021 au 09/01/2022
Cas pédiatriques nouvellement hospitalisés pour COVID-19 en France du 01/01/2021 au 09/01/2022 © Santé Publique France

En proportion, les chiffres restent stables

L’augmentation du nombre d’enfants hospitalisés ne signifie pas forcément que le variant Omicron est plus dangereux pour les plus jeunes. « Les données ne sont pas en faveur d’une gravité accrue de la Covid-19 actuellement chez les enfants », écrit ainsi Santé Publique France, qui explique être en attente de davantage de données sur Omicron, « auquel semble pouvoir être attribuée une moindre sévérité ».

Mais si les risques pour les enfants de développer une forme grave « sont très faibles, proportionnellement, statistiquement très faibles, il y en a », rappelait début janvier le ministre de la Santé Olivier Véran. Et mathématiquement, plus le virus touche de personnes, plus le nombre de cas graves sera élevé, même si proportionnellement il reste stable.

Pour rappel, les 0-17 ans ont été particulièrement touchés par la cinquième vague de l’épidémie. Ils représentent 21,5% de la population française, mais représentaient lors de la première semaine de janvier, 26% de l’ensemble des nouveaux cas observés, avec des records: ainsi, le taux de positivité maximum a été observé chez les 5-11 ans la semaine du 27 décembre au 2 janvier avec 22%, « il s’agit de la valeur maximale observée depuis le début de la pandémie, toutes classes d’âge confondues », écrit SPF.

Toutefois, s’ils sont plus nombreux à être hospitalisés, en terme de proportions, le nombre d’enfants et d’adolescents à l’hôpital reste stable. Les 0-17 ans, « représentent entre 3 et 5 % des patients Covid-19 hospitalisés, proportion stable depuis le début de l’épidémie », note ainsi SPF. Ce qui signifie que la gravité du virus ne semble pas avoir changé pour cette tranche d’âge.

L’organisme rappelle également que « depuis le début de l’épidémie, 30 enfants de moins de 18 ans sont décédés avec un diagnostic de Covid-19, dont 13 avaient moins de 5 ans, 5 avaient entre 5 et 11 ans et 12 entre 12 et 17 ans. Dans leur grande majorité, ils présentaient des comorbidités sévères ».

Salomé Vincendon

Salomé Vincendon Journaliste BFMTV



Notre partenaire : 24h Actu

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*